Le comble du luxe, déguster de l'or
Actualisé

Le comble du luxe, déguster de l'or

Les Indiens raffolent de l'argent. Le métal, sous la forme d'une fine feuille, fait partie de la recette d'une pâtisserie locale.

Près de 50 000 tonnes sont ainsi avalées chaque année en Inde. Conséquence: le cours de l'argent est en train d'exploser. En France, c'est l'or qui régale de plus en plus les palais. Les grands chocolatiers ont intégré le métal précieux dans leurs produits les plus prestigieux. Au point que le marché de la feuille d'or ou d'argent pour estomacs raffinés devient des plus lucratifs.

En Inde, la population raffole d'une tartelette; mais pas n'importe laquelle. Ladite pâtisserie est recouverte d'une fine feuille d'argent. Ce mitthai se mange aux anniversaires ou lors de mariages.

Au-delà de son originalité gastronomique, cette spécialité influence directement le cours de l'argent. Car le prix de ce métal ne cesse de grimper, expliquait récemment le Financial Times. En moyenne, un Indien mange 1 g d'argent par semaine. Avec une population de 1,1 milliard d'individus, et en tenant compte du facteur pauvreté, près de 50 000 tonnes d'argent sont avalées chaque année en Inde. Et la consommation est toujours en hausse... Avec une perspective de 55 000 tonnes à l'horizon 2016, il y a de quoi faire saliver les spéculateurs.

Il n'y a pas qu'en Inde où l'on se régale de métal précieux. En France, la société Charrier fournit aux grands chocolatiers des feuilles d'or pour agrémenter certaines recettes. «C'est devenu un gros marché, confirme le directeur général Jérôme Boisseau. La législation française autorise la consommation alimentaire d'or et d'argent seulement à partir de 22 carats (l'or pur est à 24 carats).»

Ainsi, chez les prestigieux Lenôtre ou Fauchon, on trouve des chocolats garnis de feuilles d'or ou d'argent, fournies par Charrier, leader du marché et par ailleurs propriétaire du principal concurrent, Freba.

Grégoire Nappey

Ton opinion