Naufrage en Méditerranée : Le commandant: «La situation est sous contrôle»

Actualisé

Naufrage en Méditerranée Le commandant: «La situation est sous contrôle»

Le commandant du Costa Concordia, qui avait déclaré en 2010 ne pas vouloir être à la barre du Titanic, s'est voulu rassurant alors que les passagers se trouvaient dans le noir vendredi.

par
atk

«Gardez votre calme, la situation est sous contrôle. Il y a eu un petit incident au système électrique du navire, mais nous travaillons sur le problème technique. Nous vous donnerons plus d'informations le plus vite possible.»

Ce sont les mots prononcés par un membre du personnel parlant au nom du commandant du Costa Concordia, Francesco Schettino, alors que le navire sombrait vendredi 13 janvier près de l'île du Giglio, en Italie. Les passagers du paquebot se trouvaient déjà dans le noir, précise le site Tgcom.it qui diffuse le fichier audio.

Déclaration prémonitoire

«Je ne voudrais jamais être dans le rôle du commandant du Titanic, obligé de naviguer dans l'océan entre les icebergs», a affirmé Francesco Schettino en décembre 2010, lors d'un entretien avec Dnes, repris lundi sur le site internet de Dnes.

«Mais je pense que grâce à la préparation, on peut maîtriser chaque situation et prévenir d'éventuels problèmes», a-t-il poursuivi.

«La sécurité des passagers compte au-dessus de tout!» a aussi affirmé M. Schettino, aujourd'hui montré du doigt pour avoir commis des erreurs dans la route du Concordia et la gestion de l'urgence.

Francesco Schettino, en détention depuis vendredi pour homicides multiples et abandon du navire, est accusé par de nombreux témoins de s'être beaucoup trop approché de la côte, simplement pour saluer les 800 habitants de l'île toscane du Giglio.

Une «erreur humaine»

Le PDG de la compagnie Costa Croisières, dont le paquebot Costa Concordia a fait naufrage vendredi soir au large de la Toscane, faisant au moins six morts, a imputé lundi l'accident à une «erreur humaine impondérable.» Les recherches ont elles été provisoirement suspendues en raison du mauvais temps et du glissement du navire.

«La compagnie va se rapprocher du capitaine et va lui fournir toute l'assistance nécessaire mais nous devons reconnaître les faits et nous ne pouvons nier une erreur humaine», a déclaré Pier Luigi Foshi lors d'une conférence de presse à Gênes.

Les équipes de secours ont interrompu lundi leurs recherches à l'intérieur du navire de croisière de 290 mètres à demi immergé, a indiqué un porte-parole des sapeurs pompiers.

«Il y a eu glissement de neuf centimètres verticalement et de 1,5 centimètre horizontalement. Nous avons immédiatement évacué. C'est quelque chose que nous redoutions», a dit Luca Cari.

«Les opérations ont été suspendues. Nous devons surveiller la stabilité du paquebot et nous ne savons pas quand nous pourrons reprendre les opérations.»

L'accident a fait au moins six morts, dont deux touristes français, et plus de 60 blessés selon le dernier bilan connu. Un sixième corps a été retrouvé lundi matin, selon la télévision italienne. Quatorze personnes sont toujours portées disparues.

Suspension provisoire des recherches pour mauvais temps

Les recherches après le naufrage près de l'île italienne du Giglio ont été momentanément suspendues lundi en raison du mauvais temps, qui a entraîné un léger déplacement du navire de croisière a indiqué à l'AFP le chef des plongeurs des garde-côtes.

«Il y a eu un mouvement de 9 centimètres du navire, nous avons évacué toutes les unités à cause de ces (mauvaises) conditions météo», a déclaré Rodolfo Raiteri, en référence à un orage annoncé sur l'île du Giglio et à la mer agitée. «Il est impossible de travailler», a-t-il dit.

Le message audio du commandant:

Le maire de l'Ile du Giglio craint une «bombe écologique»

«Nous avons une bombe écologique à l'intérieur du navire», a déclaré lundi à l'AFP Sergio Ortelli, le maire de la petite île toscane où s'est échoué vendredi le luxueux navire de croisière.

«D'après les premières constatations, le navire semble assez stable, il n'y a aucune fuite, tout est sous contrôle pour l'instant», a toutefois tenté de rassurer le maire de l'île.

Après la recherche d'éventuels survivants et des corps des victimes, la mise en sécurité du navire, qui cache dans ses réservoirs 2'380 tonnes de carburant, est la deuxième préoccupation des sauveteurs. Mais ceux-ci ont dû suspendre leurs opérations à la mi-journée en raison du mauvais temps.

La population de l'île, qui ne dépasse pas 800 habitants en hiver, bondit à 5000 personnes durant l'été, avec l'afflux des touristes.

La zone maritime autour de l'île est également un sanctuaire pour les baleines. Les responsables locaux réclament de nouvelles règles imposant des limites plus strictes à la navigation dans cette région et surtout la fin de la tradition de l'»inchino» (la révérence) qui fait passer de grands navires à proximité de l'île.

Ton opinion