Saint-Denis: «Le commando pouvait passer à l'acte»
Actualisé

Saint-Denis«Le commando pouvait passer à l'acte»

Le procureur de Paris en charge de l'enquête a tenu une conférence de presse après l'assaut donné mercredi matin au nord de la capitale française.

1 / 277
kein Anbieter
23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

BFM TV
16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

Capture d'écran BFM TV

«Tout laisse à penser» que le groupe de personnes arrêtées ou abattues mercredi matin lors de l'assaut d'un appartement à Saint-Denis, «pouvait passer à l'acte» pour un nouvel attentat, a déclaré le procureur François Molins.

L'opération policière a été lancée sur la foi d'un témoignage lundi «sur la présence en France d'Abaaoud», cerveau présumé des attentats qui ont fait 129 morts vendredi, a ajouté M. Molins. Un téléphone a été découvert dans une poubelle à l'extérieur de la salle de concerts du Bataclan, avec le message: «on est partis on commence», a-t-il aussi révélé.

Le commanditaire présumé des attentats de vendredi passé, Abdelhamid Abaaoud ne fait pas partie des huit personnes mises en garde à vue après l'opération de mercredi matin, a encore déclaré le procureur.

(ats)

Ton opinion