Actualisé 07.11.2008 à 14:33

Région des Grands lacs africains

Le conflit menace toute la région

L'armée gouvernementale congolaise a repris le contrôle de la localité de Nyanzale, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), dont s'étaient emparés jeudi les rebelles de Laurent Nkunda.

De son côté, Ban Ki-moon a averti que le conflit menaçait de s'étendre à toute la région.

Les rebelles du CDNP (Congrès national pour la défense du peuple) avaient pris jeudi matin la localité de Nyanzale, à 80 km au nord-ouest de Goma, qui abritait l'état-major d'une brigade de l'armée congolaise.

«Il y a eu une contre-offensive des FARDC (Forces armées de la RDC) hier après-midi. Ils ont repris le centre de Nyanzale, repoussant le CNDP dans les collines entourant la localité», a indiqué le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, porte-parole militaire de la Mission des Nations unies en RDC.

«La situation est calme aujourd'hui mais reste tendue, il n'y a pas de combat», a précisé le lieutenant-colonel Dietrich.

Nyanzale est située sur le front nord-ouest des territoires sous le contrôle des rebelles de Laurent Nkunda, et sur l'axe principale de pénétration vers la ville de Kanyabayonga (120 km au nord de Goma), importante agglomération qui verrouille toute la partie nord de la province du Nord-Kivu.

Le conflit menace toute la région

Le secrétaire général des Nations unies a de son côté averti que le conflit en RDC menaçait de s'étendre à toute la région des Grands lacs africains, lors d'un sommet international sur la crise à Nairobi. Il a ajouté: «la communauté internationale ne peut autoriser cela».

«C'est uniquement au niveau politique, ici dans votre région, que des solutions durables peuvent être trouvées», a-t-il lancé aux dirigeants africains présents au sommet, parmi lesquels les présidents conglais Joseph Kabila et rwandais Paul Kagame. «Il ne peut y avoir de solution militaire à cette crise», a-t-il insisté.

Prenant la défense de la Mission de l'ONU en RDC (Monuc), accusée vendredi par Kinshasa d'inaction, M. Ban a estimé de son «devoir de souligner que la capacité de la Monuc est arrivée à sa limite». Le secrétaire général a également plaidé pour un renforcement de l'armée congolaise.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!