Guerre en Ukraine – Le conflit va faire passer le litre d’essence à plus de 2 francs

Publié

Guerre en UkraineLe conflit va faire passer le litre d’essence à plus de 2 francs

Ébranlées par l’invasion russe, les Bourses ont chuté jeudi et les matières premières flambent. La sans-plomb 95 devrait dépasser durablement les 2 francs le litre.


Le prix de l’essence risque fort de grimper lourdement ces prochaines semaines.


Le prix de l’essence risque fort de grimper lourdement ces prochaines semaines.

20min/Simon Glauser

Les places boursières européennes ont connu l’une des plus mauvaises séances depuis mars 2020 et la mise en place des confinements, perdant jusqu’à 5% au pire de la journée. Ceci en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les Bourses ont chuté et les matières premières flambent. L’aluminium et le blé ont ainsi battu des records. Le prix du baril de pétrole a lui dépassé au cours de la journée les 100 dollars, autant pour le baril américain que celui de la mer du Nord, une première depuis 2014.

Conséquence directe pour la Suisse: les prix de l’essence à la pompe risquent d’exploser. Car le prix du pétrole n’a pas fini de grimper. «Une nouvelle hausse du prix du brut jusqu’à 130 dollars est envisageable si la situation continue de s’aggraver», selon Daniel Hofer dans Blick. Le président d’Avenergy (anciennement Union pétrolière) s’attend en effet à des hausses massives en cas de sanctions plus sévères contre la Russie.

Les sources d’énergie plus chères

Si le trafic des paiements est interrompu, on risque d’interrompre également les livraisons de gaz en provenance de Russie, explique l’ancien patron de Migrol. Conséquence: les sources d’énergie vont devenir automatiquement plus chères. Une situation de pénurie aiguë à court terme pourrait même se produire, souligne-t-il. Ces derniers jours déjà, le prix du carburant a déjà pris l’ascenseur, porté par la crise en Ukraine, mais aussi la fin de la pandémie qui a fait repartir à la hausse les demandes de brut. Hic: la production n’a pas suivi le rythme et la guerre en Ukraine aggrave encore la situation.

Du coup, il est fort probable que les consommateurs suisses grimaceront en faisant le plein de sans-plomb 95.  «Nous allons avoir des prix de l’essence supérieurs à 2 francs et ils resteront probablement encore un certain temps à ce niveau», prévient Daniel Hofer.

Le pétrole et le gaz flambent, Berne se veut rassurant

La Russie et l’Ukraine sont des pays essentiels pour l’approvisionnement en pétrole, gaz, blé et autres matières premières cruciales. «Les approvisionnements en pétrole et en gaz ne sont pas encore affectés par l’escalade actuelle», mais Michael Hewson, analyste de CMC Markets, craint qu’«ils soient coupés» en cas de sévères sanctions de la part des Occidentaux. Le cours du baril de pétrole Brent de la mer du Nord a atteint jeudi 103,19 dollars. Du côté du gaz naturel, le marché de référence en Europe explosait de 33% par rapport à la veille.

En Suisse, Benoît Revaz, directeur de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), s’est voulu rassurant jeudi. «Certes les prix du gaz notamment ont augmenté de 30%. Mais l’hiver est bien avancé. Ce qui permet d’aborder la fin de la saison avec un approvisionnement en gaz et en électricité assuré», a-t-il indiqué.

(cht)

Ton opinion

172 commentaires