Sans-papiers: Le conseil de la presse saisi pour un titre paru trop vite
Actualisé

Sans-papiersLe conseil de la presse saisi pour un titre paru trop vite

Le Grand Conseil vaudois a saisi mardi le Conseil de la presse à propos d'un article en ligne consacré au débat sur les apprentis sans-papiers.

Il estime qu'une information diffusée par «24 heures» porte atteinte à la crédibilité du parlement.

Cette «procédure exceptionnelle» fait suite à la séance du 4 mars qui a traité dans l'urgence le projet de la municipalité lausannoise d'engager des apprentis sans-papiers. Vers 15h00, «24 heures» a diffusé sur son site internet un article intitulé «Les députés giflent Lausanne».

Dans son communiqué, le Grand Conseil souligne que le vote du plénum n'avait pas encore eu lieu à ce moment-là. Il rappelle qu'en fin de compte le parlement s'est prononcé dans le sens contraire à celui annoncé «prématurément» par le journal.

Le bureau du Grand Conseil a décidé en conséquence à l'unanimité de demander au Conseil de la presse de se prononcer «sur les faits et sur l'attitude du journaliste». Interrogé par l'ATS, le rédacteur en chef de «24 heures», Thierry Meyer, a expliqué que lorsqu'on travaille «dans l'immédiateté», des erreurs peuvent se produire.

«On a admis que c'était une erreur, on a corrigé le texte tout de suite et on a présenté nos excuses», a poursuivi Thierry Meyer. Il précise: «le journal a commis cette erreur et il ne faut pas stigmatiser un collaborateur», en allusion au journaliste nommément attaqué dans le communiqué du Grand Conseil.

(ats)

Ton opinion