Actualisé 17.12.2011 à 15:23

Syrie

Le Conseil de sécurité pourrait être saisi

La répression de la révolte ne connaît pas de répit en Syrie malgré des pressions internationales toujours grandissantes.

La Ligue arabe a annoncé samedi envisager de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie.

La Ligue arabe, qui semblait pourtant optimiste dans la matinée, a haussé le ton dans l'après-midi contre le régime du président Bachar el-Assad, dont la répression a fait cinq tués samedi selon des militants et plus de 5000 tués en neuf mois selon une estimation de l'ONU.

«Les ministres arabes des Affaires étrangères qui se réunissent le 21 décembre vont discuter» de la saisine du Conseil de sécurité, a déclaré le premier ministre du Qatar, Hamad ben Jassem Al-Khalifa, à l'issue d'une réunion à Doha du comité ministériel de la Ligue arabe sur la Syrie.

La démarche de la Ligue arabe est destinée à «faire adopter (par cette instance) les décisions arabes plutôt que d'autres», a-t-il ajouté en référence à une proposition de résolution de la Russie, jugée insuffisamment sévère pour Damas par plusieurs pays occidentaux.

Rencontre

Cheikh Hamad a justifié cette démarche par ce qu'il a qualifié de «tergiversations de la Syrie». En l'«état actuel, il n'y a pas le moindre espoir pour sortir de la crise», a-t-il encore souligné. «Nous avons tout essayé et nous n'avons abouti à rien jusqu'à présent», a-t-il encore dit.

Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, Ahmed ben Helli, avait pourtant parlé dans la matinée de «signaux positifs», disant s'attendre à une «prochaine signature» par Damas d'un protocole sur l'envoi d'observateurs arabes en Syrie.

A Damas, une délégation irakienne dirigée par le conseiller pour la Sécurité nationale, Falah al-Fayyad, en visite dans la capitale syrienne pour tenter une médiation, a de son côté parlé de discussions «positives» avec le président Assad.

Sur le terrain, des affrontements violents ont eu lieu samedi dans la région d'Idleb (nord-ouest), a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Réunion en Tunisie

Dans cette région, trois civils, dont deux enfants, ont été tués par les forces de sécurité qui ont tiré à l'aveugle dans le village de Kafarsajna, tandis que deux autres personnes ont été tués dans des opérations militaires à Jabal al-Zaouia, où plus de 150 chars ont pénétré, selon l'OSDH.

Au Liban voisin, un agriculteur syrien a été tué par l'explosion d'une mine alors qu'il traversait la frontière par un passage illégal, selon une source médicale libanaise. Un responsable local a par ailleurs annoncé le décès d'un jeune Libanais, blessé mercredi par des tirs syriens dans l'est du pays.

Dans le même temps, le Conseil national syrien (CNS), qui représente la majorité des courants d'opposition au régime de Damas, organisait un congrès en Tunisie. Ses membres discutaient à huis clos de l'organisation de l'opposition dans le but d'accélérer la chute de Bachar el-Assad. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!