ETATS-UNIS: Le Conseil des droits de l'Homme critiqué
Actualisé

ETATS-UNISLe Conseil des droits de l'Homme critiqué

Nikki Haley a fustigé la présence à l'assemblée de certains pays

La représentante des Etats-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a critiqué mardi à Genève la présence au Conseil des droits de l'homme de l'ONU de certains pays qui violent ces droits et a réclamé notamment le retrait du Venezuela.

«Etre membre du Conseil est un privilège et aucun pays violant les droits de l'Homme ne devrait pouvoir avoir une chaise à la table» de cette assemblée, a déclaré l'ambassadrice américaine, Nikki Haley.

Cet appel intervient alors que les Etats-Unis ont menacé ces derniers mois de quitter le Conseil des droits de l'Homme, qu'ils jugent notamment trop critique à l'égard d'Israël. Présente à Genève pour l'ouverture de la 35e session du Conseil, Nikki Haley n'a pas dévoilé quelles étaient les intentions finales des Etats-Unis. «Comme vous le savez, les Etats-Unis examinent attentivement ce Conseil et notre participation à celui-ci. Nous voyons que certains domaines peuvent être renforcés», a-t-elle déclaré.

Lors d'une intervention en fin d'après-midi à l'Institut d'études supérieures de Genève, l'ambassadrice est revenue sur cette question. «L'Amérique ne cherche pas à quitter le Conseil. Nous cherchons à rétablir la légitimité du Conseil», a-t-elle affirmé.

En début d'année, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson avait envoyé une lettre à des groupes de défense des droits humains dans laquelle il jugeait que le Conseil devait «passer par des réformes considérables pour que (les Etats-Unis puissent) continuer à y participer».

(NewsXpress)

Ton opinion