Vaud - Le Conseil d’État vaudois s’engage contre le harcèlement sexuel
Publié

VaudLe Conseil d’État vaudois s’engage contre le harcèlement sexuel

Tolérance zéro face au harcèlement sexuel. Tel est le mot d’ordre de la nouvelle directive du gouvernement vaudois qui entrera en vigueur au 1er juillet.

Le Conseil d’État vaudois (ici Philippe Leuba, Nuria Gorrite, Rebecca Ruiz et Béatrice Métraux) applique la tolérance zéro face au harcèlement sexuel.

Le Conseil d’État vaudois (ici Philippe Leuba, Nuria Gorrite, Rebecca Ruiz et Béatrice Métraux) applique la tolérance zéro face au harcèlement sexuel.

Jean-Bernard Sieber/ARC/Archives

L’État de Vaud se veut un employeur exemplaire en matière de lutte contre le harcèlement sexuel. C’est pourquoi il renforce aujourd’hui son dispositif en adoptant de nouveaux instruments contre ce fléau, indique-t-il vendredi dans un communiqué. Plus aucune atteinte à la personnalité des fonctionnaires vaudois ne sera désormais tolérée. Tel est le principe d’une nouvelle directive qui entrera en vigueur au 1er juillet 2021. Cette dernière vise à protéger non seulement les fonctionnaires vaudois mais également le personnel d’entreprises tierces œuvrant au service de l’État de Vaud.

Un programme de sensibilisation et de prévention sera notamment déployé auprès de l’ensemble des collaboratrices et collaborateurs de l’État de Vaud et de leur hiérarchie. Il s’articule autour d’un E-learning traitant du harcèlement sexuel sur la place de travail, de vidéos pédagogiques et d’une campagne d’affichage au sein des services.

Bien-être au travail

Ce programme est le troisième volet des mesures déjà mises en œuvre à l’État de Vaud pour la protection de l’intégrité et de la personnalité de son personnel. Les deux premiers volets ciblent le développement d’une culture inclusive pour lutter contre toute forme de discrimination et la prévention des risques psycho sociaux qui en découlent. Ces outils contribueront à favoriser une culture de bien-être au travail et à protéger la santé du personnel.

Pour compléter son action, le Conseil d’État a émis un préavis positif pour soutenir l’initiative cantonale du député Jean-Michel Dolivo intitulée «Faciliter la lutte contre le harcèlement sexuel dans le cadre du travail». Cette dernière vise à modifier l’article 6 de la loi fédérale sur l’égalité entre hommes et femmes afin de faciliter l’accès à la justice aux victimes de harcèlement sexuel, en allégeant le fardeau de la preuve.

(comm)

Ton opinion

28 commentaires