Nouveaux avions de combat: Le Conseil fédéral ne décidera qu'après décembre
Actualisé

Nouveaux avions de combatLe Conseil fédéral ne décidera qu'après décembre

Le Conseil fédéral ne tranchera pas avant décembre concernant l'achat de nouveaux avions de combat.

Sur proposition d'Ueli Maurer, il a reporté mercredi sa décision attendue pour juillet. Aucun lien avec le secret bancaire, a affirmé Hans-Rudolf Merz.

«Il est très dangereux de lier deux dossiers différents. On ne peut échanger le secret bancaire contre un avion de combat», a déclaré le président de la Confédération devant la presse. Le ministre de la défense n'est en revanche pas venu commenter la décision devant les médias. Il aura l'occasion de le faire le 3 avril lorsqu'il évoquera ses 100 jours au Conseil fédéral.

Selon le service de presse du Département de la défense, le Conseil fédéral entend se donner une plus grande marge de manoeuvre. Le gouvernement souhaite en particulier attendre qu'Ueli Maurer remette, à la fin de l'année, le nouveau rapport sur la politique de sécurité. Une vaste consultation est actuellement en cours sur ce document qui sert de base à la future orientation de l'armée.

Après la décision du ministre UDC de se passer de sa Mercedes de fonction en guise de protestation contre l'Allemagne, plusieurs médias avaient avancé une autre hypothèse. Le report servirait de réponse aux pressions françaises et allemandes sur le secret bancaire. Outre les Gripens du groupe suédois Saab, les Rafales du français Dassault et les Eurofighters de l'européen (D,I,GB,E) EADS sont en effet sur les rangs pour remplacer la flotte des 54 F-5 Tiger.

Lien contesté

Parmi les partis politiques, seule l'UDC, la formation de Ueli Maurer, veut voir un lien entre les deux affaires. «C'est une carte à jouer dans la stratégie globale de défense contre les attaques inacceptables contre la place financière suisse», a dit à l'ATS le porte-parole du parti, Alain Hauert.

En revanche, pour les autres formations, de gauche comme de droite, ce report était attendu. Pour Didier Burkhalter (PLR/NE), il est logique de ne pas prendre de décision avant de savoir clairement quel type de couverture aérienne préconisera le rapport de sécurité et notamment avec quels partenaires étrangers.

Votation populaire

«Il est très important de clarifier ces questions», non pas seulement pour savoir quel avion acheter, mais également combien d'appareils et avec quel possibilité de s'exercer à l'étranger. Il sera ensuite plus facile de se présenter devant le peuple avec une vision claire sur le sujet, a dit M. Burkhalter.

L'initiative du Groupe pour une Suisse sans armée demandant un moratoire de dix ans sur l'acquisition de nouveaux appareils devrait en effet être déposée avant l'été, a précisé Josef Lang (Verts/ZG). Cela devrait permettre de voter avant l'achat qui été prévu dans le cadre du programme d'armement 2010.

2,2 milliards

Or en période de récession, il sera difficile pour le gouvernement de justifier un achat de 2,2 milliards, s'est-il réjoui, de même que les socialistes Christian Levrat (FR) et Evi Allemann (BE). Et les tergiversations actuelles montrent que cet achat est inutile, selon eux.

Un avis que ne partage évidemment pas le président du PDC Christoph Darbellay. Le Valaisan y voit avant tout une manoeuvre d'Ueli Maurer pour éviter de devoir prendre une décision difficile et ainsi conserver sa bonne image. (ats)

Lié au pression sur le secret bancaire?

En repoussant sa décision sur l'achat de nouveaux avions de combat, le Conseil fédéral entend se donner une plus grande marge de manoeuvre. Il a pris sa décision mercredi sur la base d'un papier de discussion présenté par le ministre de la défense Ueli Maurer.

Le service de presse du Département fédéral de la défense n'a pas souhaité faire davantage de commentaires. Plusieurs médias ont évoqué l'hypothèse d'une mesure de rétorsion face aux pressions françaises et allemandes concernant le secret bancaire.

Ton opinion