Uranium et CIA: Le Conseil fédéral refuse la publication du rapport Tinner

Actualisé

Uranium et CIALe Conseil fédéral refuse la publication du rapport Tinner

Le gouvernement est opposé à la publication du rapport sur la destruction controversée des documents liés à l'affaire Tinner. Le Conseil fédéral a dès le début voulu garder cette affaire secrète.

C'est ce qu'a déclaré samedi après-mi le porte-parole du Conseil fédéral, Oswald Sigg, dans une émission de la radio alémanique DRS.

Le rapport de la délégation traite notamment de la question de savoir si la destruction des documents liés à l'affaire du matériel atomique des frères Tinner a été entreprise sous la pression des services secrets américains. La délégation a avalisé il y a peu le rapport et l'a soumis au Conseil fédéral avec l'intention de le publier.

Le Conseil fédéral est contre cette publication, selon Sigg, et il a été d'avis depuis le début qu'il fallait garder le secret sur cette affaire. La délégation pour sa part, pense que son rapport doit être publié. Selon le conseiller aux Etats Claude Janiak (PS/BL), président de la délégation, les intérêts de la Suisse ne sont pas en jeu. Les frères Tinner se sont d'ailleurs déjà exprimé sur cette affaire ainsi que leurs avocats. Elle a connu une large publicité. La décision de rendre le rapport public sera prise en janvier prochain par les Commissions de gestion, selon Janiak.

A mi-novembre, le procureur de la Confédération, Erwin Beyeler, avait déclaré vouloir amener l'affaire Tinner devant la justice.

Les Tinner, une famille du Rheintal saint-gallois, sont soupçonnés d'avoir appartenu à un réseau du «père» de la bombe atomique pakistanais, Abdul Kader Khan. Urs et Marco Tinner sont détenus depuis plusieurs années en préventive. Les documents détruits auraient représenté notamment des plans pour la construction d'une bombe atomique et d'installations nucléaires pour l'enrichissement de l'uranium. Ils avaient été saisi en 2004 dans le cadre d'une enquête contre les deux frères Tinner et leur père puis qualifiés par le Ministère public fédéral de portant atteinte à la sécurité et aux relations extérieures de la Suisse. (ap)

Ton opinion