Formation des imams: Le Conseil fédéral renvoie la balle aux cantons et aux unis
Actualisé

Formation des imamsLe Conseil fédéral renvoie la balle aux cantons et aux unis

Le Conseil fédéral ne prendra pas l'initiative de créer une filière de formation universitaire pour les imams en Suisse ni ne rédigera un rapport sur les modalités d'un tel cursus.

Il renvoie la balle aux cantons et aux universités, principaux compétents en matière académique.

Vu les circonstances, le gouvernement entend toutefois soumettre la question à la Conférence universitaire suisse, qui est l'organe commun de la Confédération et des cantons pour la coopération dans le domaine de la politique universitaire. Le Conseil fédéral l'a annoncé dans sa réponse, publiée jeudi, à une interpellation du conseiller national Hugues Hiltpold.

Le radical genevois, déjà à l'origine d'un postulat sur ce thème, s'interrogeait sur la suite que l'exécutif comptait donner à l'étude du Fonds national rendue publique le 21 juillet. Les travaux des chercheurs avaient notamment révélé que la mise en place d'une formation d'imams au fait de la société et des institutions helvétiques étaient majoritairement souhaitée par les musulmans de Suisse interrogés.

Pas de formation d'Etat

Dans le même temps, l'étude montrait qu'un islam réglementé par l'Etat n'était pas souhaitable. La plupart des sondés privilégieraient un cursus au niveau universitaire, mais ses modalités demeuraient ouvertes.

Le Conseil fédéral, qui avait affirmé auparavant attendre la présentation de l'étude pour creuser le sujet, a pris connaissance «avec intérêt» de ces résultats. «La question de la formatin des imams et d'un enseignement en pédagogie religieuse islamique dans les universités suisses se pose à la fois en termes de politique de la religion et en termes académiques.» Reste qu'elle relève en premier lieu de la compétence des cantons et des universités.

(ats)

Ton opinion