Coronavirus - Le Conseil fédéral sous pression pour étendre le certificat aux restos
Publié

CoronavirusLe Conseil fédéral sous pression pour étendre le certificat aux restos

Ce mercredi, Berne doit se prononcer sur sa décision de rendre les tests rapides payants. Mais certains cantons poussent pour aller encore plus loin.

par
Noemi Cinelli
Le Conseil fédéral tient une conférence de presse ce mercredi. Il doit se positionner sur l’avenir des tests, qui pourraient ne plus être gratuits à partir du 1er octobre.

Le Conseil fédéral tient une conférence de presse ce mercredi. Il doit se positionner sur l’avenir des tests, qui pourraient ne plus être gratuits à partir du 1er octobre.

20min/Simon Glauser

La dernière conférence de presse du Conseil fédéral date d’il y a deux semaines. C’est là qu’il avait annoncé que le dépistage des personnes asymptomatiques pourrait ne plus être gratuit dès le 1er octobre. Berne doit prendre positition de manière définitive ce mercredi après avoir consulté les cantons.

Cette proposition a le soutien de la majorité d’entre eux, même si certains, notamment Vaud et Lucerne, estiment que ce n’est pas encore le moment idéal pour la mettre en oeuvre.

La moitié de la population suisse est vaccinée

Or depuis quelques jours, les cas repartent à la hausse. Certains cantons alémaniques font désormais pression sur le Conseil fédéral pour qu’il durcisse et uniformise les mesures à l’échelle nationale. En juin, Berne avait déjà évoqué la possibilité d’étendre l’utilisation du certificat Covid aux restaurants, si la situation venait à empirer.

Demande d’une politique uniforme

En attendant une éventuelle action de la Confédération, plusieurs cantons envisagent de prendre les devants, parmi eux les cantons de St-Gall, d’Argovie ou encore de Bâle-Ville. De son côté, la commune d’Yverdon-les-Bains (VD) a déjà décidé d’imposer le pass dans les théâtres, par exemple.

«Nous souhaiterions que le Conseil fédéral mette en consultation une extension de l’obligation du certificat cette semaine», a déclaré Lukas Engelberger, directeur de la Santé de Bâle-Ville et président de la Conférence suisse des directeurs de la santé. Avant de poursuivre: «Un certificat obligatoire pour les événements, domaines d’activité et entreprises est l’étape suivante.» GastroSuisse a déjà indiqué qu’il s’opposait à cette mesure.

Le certificat, «la mesure la plus douce»

Le directeur de la Santé d’Argovie Jean-Pierre Gallati (UDC) partage cette position: «Nous souhaitons que la Confédération adopte des règles uniformes pour le certificat Covid. Le certificat serait la mesure la plus douce par rapport aux fermetures et aux interdictions d'événements.»

Au contraire, le conseiller d’Etat valaisan Mathias Reynard a estimé ce mardi dans la Matinale de la RTS que l’usage du pass sanitaire ne devrait pas être étendu tant que la situation dans les hôpitaux reste sous contrôle, ce qui est encore le cas à l’heure actuelle.

Ton opinion

370 commentaires