Coronavirus - Le Conseil fédéral va-t-il rouvrir les terrasses?
Publié

CoronavirusLe Conseil fédéral va-t-il rouvrir les terrasses?

La pression monte à Berne. Quels allègements devrait annoncer le gouvernement, mercredi, dans la lutte contre le Covid? Beaucoup réclament des réouvertures ou au moins des perspectives.

par
Christine Talos
A quand le plaisir de siroter à nouveau un café sur une terrasse en Suisse?

A quand le plaisir de siroter à nouveau un café sur une terrasse en Suisse?

AFP

La pression monte une fois de plus sur le Conseil fédéral. Les sept Sages doivent statuer, mercredi, lors de leur séance hebdomadaire des mesures de lutte contre le coronavirus. Et tous les yeux seront rivés sur Berne dans l’attente de décisions probables d’allègements.

À commencer par la Commission de l’économie du National. Lundi soir, elle a demandé à l’unanimité au Conseil fédéral de présenter, dès ce mercredi, des scénarios détaillés de réouverture pour les entreprises et établissements fermés. «Les acteurs concernés doivent pouvoir savoir quand et à quelles conditions ils pourront reprendre leurs activités, a expliqué le président de la commission Christian Lüscher (PLR/GE). La situation actuelle devient «invivable» et crée «beaucoup de ressentiment» pour les acteurs de l’économie, de la culture et du sport, alors qu’ils ont investi beaucoup d’énergie et d’argent dans la mise en place de plans de protection, a souligné le Genevois. Le développement de la vaccination devrait permettre d’envisager avec beaucoup plus de clarté la reprise des activités encore interdites, estime la commission.

Protection ciblée pour l’USAM

L’USAM réclame elle aussi des allègements rapides. L’Union suisse des arts et métiers a en effet exigé lundi, la «fin immédiate» des restrictions. Pour la faîtière des PME, le confinement, total ou partiel, constitue une «violation flagrante» de l’équilibre entre les enjeux sanitaires et les intérêts économiques de la Suisse. Elle a donc appelé à revenir à une logique de «protection ciblée telle que prévue par la loi Covid-19», basée sur le dépistage, la vaccination, le traçage des contacts et la mise en place de concepts de protection.

Du côté de l’UDC, on tape du poing également. Dans une vidéo dimanche, le président du parti, Marco Chiesa, a menacé le PLR de ne pas réélire ses deux conseillers fédéraux en 2023 s’ils ne s’alliaient pas à son parti. Il reproche au PLR de s’aligner un peu trop sur la ligne de la gauche. Même les villes sont montées au front. Dans une lettre à l’attention du Conseil fédéral, l’Union des villes suisses a demandé lundi, au gouvernement, d’étudier la réouverture des terrasses de restaurants. Elle estime que cela présenterait des avantages pour les villes, sans pour autant mettre en péril les succès obtenus dans la lutte contre la pandémie.

Pas d’explosion à Moutier

Sur le front sanitaire, même si les cas repartent à la hausse et que le taux de reproduction est toujours supérieur à 1 (lundi il était en moyenne de 1,14), l’occupation des soins intensifs par les malades du Covid se situe toujours sous le plafond fixé par le Conseil fédéral. En outre, alors que tout le monde s’attendait à une explosion de cas à Moutier après la liesse populaire suite au vote sur son appartenance jurassienne fin mars, les contaminations tant redoutées n’ont pas eu lieu.

La question de la date

Le Conseil fédéral va donc devoir peser le pour et le contre. Selon des milieux bien informés, il devrait annoncer mercredi, la réouverture des terrasses et le retour limité des spectateurs dans les secteurs culturels et sportifs. À quelle date? Rien ne filtre pour l’instant. Mais si les cantons doivent encore se positionner sur les propositions du gouvernement, l’entrée en vigueur des allègements ne devrait pas intervenir avant le 26 avril. De quoi laisser un peu plus de temps aussi aux autorités pour vacciner un peu plus la population.

Les mesures valables depuis le 22 mars:

Ton opinion

917 commentaires