Avions de combat: Le contrat d’achat doit être signé en mars 2023 au plus tard
Publié

Avions de combatLe contrat d’achat doit être signé en mars 2023 au plus tard

Une commission exige que le Conseil fédéral conclue l’achat des F-35 avant l’expiration du délai, sans tenir compte de l’initiative populaire qui veut l’en empêcher.

Les avions américains ont été présentés récemment à la population mais leur achat est semé d’embûches.

Les avions américains ont été présentés récemment à la population mais leur achat est semé d’embûches.

Schweizer Armee

Le Parlement veut accélérer l’achat des avions de combat F-35 et le Conseil fédéral n’attend que ça. Mercredi, la commission de la politique de sécurité du Conseil des États a communiqué avoir voté pour que «le Conseil fédéral soit chargé, une fois la décision du Parlement prise, de signer les contrats d’acquisition avec le gouvernement des États-Unis au plus tard d’ici au 31 mars 2023 (échéance des offres)».

Les discussions doivent avoir lieu d’abord dans les deux chambres. Une fois que ce sera fait, normalement cet automne, le gouvernement pourra signer les contrats. «La crise actuelle en Ukraine montre clairement à quel point il est important de renforcer les forces aériennes et d'acquérir le F-35 le plus rapidement possible. C'est un signe fort contre la gauche qui met en péril notre sécurité et fait fi de la décision populaire de septembre 2020», a écrit le Parti libéral-radical dans un communiqué.

Un vote c’est assez, deux c’est trop, pour le PLR

Le PLR fait référence à l’initiative populaire qui a été lancée après que le Conseil fédéral avait annoncé le choix, décrié, d’acquérir les F-35 américains. Les initiants pensaient probablement ainsi s’octroyer un délai avant l’achat et pouvoir faire voter le peuple afin qu’il valide, ou non, le choix fait par la Confédération. 

Or depuis l’éclatement de la guerre en Ukraine, la droite a décidé de passer la deuxième et de ne pas attendre un éventuel vote populaire, considérant que l’acceptation de justesse (par 50,1%) par le peuple du principe de l’achat suffisait pour avoir la voie libre pour acheter les F-35. Les discussions risquent de voler haut lors des prochaines sessions parlementaires lorsque les élus devront voter sur la proposition acceptée ce mercredi par la commission.

Patrouille Suisse à sauver

Les élus de la commission ont aussi plaidé pour continuer à faire voler la Patrouille Suisse. La question se pose puisque les Tiger, avec lesquels elle vole, doivent être mis hors service en 2025, comme l’a proposé le Conseil fédéral. «Nous n’avons pas besoin du Tiger sur le plan militaire, mais c’est une question émotionnelle. La Patrouille est la figure de proue de l’armée», a déclaré le conseiller aux État Werner Salzmann (UDC/BE). Si le Parlement décide de continuer à faire voler les Tiger contre l’avis du gouvernement, cela vaudra son pesant d’or. La flotte actuelle coûte 44 millions de francs par an. 

(ywe)

Ton opinion

87 commentaires