Berne – Le «convoi pour la liberté» n’est pas parvenu à bloquer la capitale 

Publié

BerneLe «convoi pour la liberté» n’est pas parvenu à bloquer la capitale 

Appelés à s’inspirer du mouvement qui perturbe la capitale canadienne Ottawa, des opposants aux mesures sanitaires se sont rendus à Berne, mais ils n’ont pas pu accéder à la place fédérale.

1 / 3
20min/Simon Ulrich
20min/Simon Ulrich
20min/Lecteur-reporter

Ils appelaient au «retrait immédiat de toutes les restrictions» et à la «fin de l’état d’urgence illégal et injustifié qui suspend la constitution, l’état de droit et les droits de l’homme tout en imposant une dictature tyrannique»: des opposants aux mesures avaient lancé un appel pour un «convoi pour la liberté» ce lundi, où un cortège de voitures et de camions devait se diriger vers la place Fédérale à Berne. Mais les habitants bernois n’auront été que peu impactés par la démarche.

La police, qui était au courant de l’appel rendu public sur les réseaux sociaux, était prête et avait bloqué les accès au préalable. «Plus de 200 véhicules ont été repérés sur les tronçons d’autoroute en direction de Berne. Plusieurs points de contrôle ont été mis en place et de nombreux convois ont ainsi pu être arrêtés, contrôlés et renvoyés», a détaillé la police bernoise dans la soirée.

À pied puis dispersés

Une centaine de manifestants ont pu garer leur véhicule avant d’aller manifester pacifiquement en vieille ville. «Des personnes se sont retrouvées, à pied, sur la place Fédérale pour la manifestation qui était non-autorisée. Elles ont été priées de quitter les lieux, ce qu’elles ont fait en formant un bref cortège qui s’est ensuite dispersé», dit la police. Un rassemblement s’est aussi produit sur un parking du côté de Wankdorf, avec quelques véhicules. Ils ont ensuite quitté les lieux.

Au total, neuf personnes ont été amenées dans les locaux de la police pour être entendues. «Elles doivent s’attendre à des dénonciations», conclut la police cantonale.

Les manifestants s’inspiraient du mouvement qui agite en ce moment le Canada.

Au Canada, ça se tend

Le mouvement des camionneurs, qui bloque les abords du Parlement canadien dans la capitale Ottawa, créé des tensions. Le maire d’Ottawa a déclaré l’état d’urgence, parlant d’une «occupation hors de contrôle» et exhorte le gouvernement fédéral à nommer un médiateur pour tenter de trouver une solution à ce qui est en train de se transformer en crise politique. La police, notamment, est critiquée pour n’avoir pas su empêcher l’afflux de camions dans le centre de la ville. La zone est désormais bloquée afin d’empêcher des soutiens aux manifestants de s’y rendre pour ravitailler les camionneurs, notamment en carburant, puisqu’ils font tourner leurs moteurs et klaxonnent afin de faire un maximum de bruit.

(ywe/afp)

Ton opinion

165 commentaires