Hockey: Le copieux week-end de l'arbitre Rochette
Actualisé

HockeyLe copieux week-end de l'arbitre Rochette

Le Québécois vivra une fin de semaine de folie, avec trois derbys à siffler en 48 heures. Pas de quoi inquiéter un professionnel rompu à ce genre d'exercice.

par
Marc Fragnière
Le Canadien aura du boulot ce week-end. (Photo: eric lafargue)

Le Canadien aura du boulot ce week-end. (Photo: eric lafargue)

«En Suisse, il y a toujours des derbys, rigole le citoyen des Prises de Provence (VD). Ce sont des matches toujours difficiles à gérer sur le plan émotionnel. Toutefois je n'ai aucune préparation spécifique selon les affiches des parties.»

Si la perspective de diriger des rencontres placées sous haute tension ne l'effraie guère, l'arbitre convient toutefois qu'il en découle une fatigue supplémentaire: «Les gens réagissent plus fort à chaque décision, c'est certain. Et l'accumulation des derbys, la pression y relative, la répétition des voyages sont des facteurs dont il faut tenir compte. Mais honnêtement, j'officie cent fois par saison, alors pour moi, les trois rencontres du week-end représentent juste trois du lot.»

Sensible au climat spécifique dans lequel baignent les derbys, la Ligue soulage régulièrement ses directeurs de jeu en y instaurant un arbitrage à quatre. Ainsi les duels tessinois et bernois seront-ils placés sous le contrôle de quatre paires d'yeux. «J'aime bien cette configuration, même si ce n'est pas vraiment ton match, comme à trois. C'est plus facile à gérer et tu te fatigues moins.»

Pour autant, Stéphane Rochette aura bien besoin de décompresser dimanche soir, après l'explication entre Langnau et le SCB: «Surtout qu'en Emmental, la venue de Berne à l'Ilfis est l'événement de l'année. Et que mardi soir, je devrai être de nouveau prêt puisque j'arbitrerai Zurich-Ambri!»

L’envers du décor

Ancien joueur-entraîneur du club, Stéphane Rochette a, depuis peu, repris les destinées d’Université Neuchâtel (1re ligue) en compagnie de Marc Gaudrault. Facile pour un arbitre-instructeur de se retrouver de l’autre côté de la bande? «Je coacherai très rarement en match, vu mon agenda d’arbitre. Mais se retrouver sur le banc élargit ta vision, ça fait du bien! L’autre jour contre Star Lausanne, je n’étais pas d’accord avec une décision, mais je suis resté muet. Je n’aime pas être emmerdé quand j’arbitre, alors je n’ai pas emmerdé non plus!»

Ton opinion