Crash en France: Le copilote s'intéressait de près au suicide
Actualisé

Crash en FranceLe copilote s'intéressait de près au suicide

Andreas Lubitz avait fait des recherches sur Internet à propos du suicide et des portes blindées de cockpit, selon la justice allemande.

1 / 124
20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

20.05 Le président de l'ordre allemand des médecins estime que la la compagnie Lufthansa a «failli» en ne contrôlant pas Lubitz.

AFP/Christof Stache
04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

04.04 Des proches de victimes du crash de la Germanwings sont outrés par le faire-part de remerciements des parents du copilote Andreas Lubitz. Ils y clament leur amour pour leur défunt fils et leurs «peur et incompréhension» sans pour autant évoquer directement le drame ni les 149 victimes.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

23.03 A la veille de l'anniversaire du crash de la Germanwings, des proches des 149 victimes se sont réunis mercredi à Barcelone et à Düsseldorf, points de départ et destination de l'avion que le copilote avait précipité sur une montagne en France.

Albert gea

Le copilote allemand du vol Germanwings qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes françaises, faisant 150 morts, a fait des recherches sur internet sur le suicide et les portes blindées de cockpit, a annoncé jeudi la justice allemande.

Sur une tablette saisie lors d'une perquisition dans l'un des domiciles du copilote Andreas Lubitz, les enquêteurs ont pu accéder aux recherches qu'il avait effectuées sur internet jusqu'au 23 mars, qui montrent qu'il s'est «informé sur les manières de se suicider» ainsi que sur «les portes de cockpit et leurs mesures de sécurité», a indiqué dans un communiqué le parquet de Düsseldorf (ouest), en charge de la partie allemande de l'enquête.

«Le navigateur (de la tablette) n'avait pas été effacé et il était en particulier possible de suivre sur l'appareil les recherches effectuées sur la période comprise entre le 16 mars et le 23 mars 2015», a précisé le parquet.

En dehors de ses recherches sur le suicide et les portes de cockpit, M. Lubitz s'était également penché sur des «méthodes de traitement médical», a-t-on indiqué de même source, sans préciser quel type de maladie était concerné.

Le copilote de 27 ans semble avoir, selon les éléments recueillis par la justice française, précipité le 24 mars l'A320 de Germanwings contre un massif des Alpes françaises, entraînant avec lui 149 personnes dans la mort.

Lundi, le parquet de Düsseldorf avait affirmé que M. Lubitz avait «été en traitement psychothérapeutique pour des tendances suicidaires il y a de nombreuses années», avant l'obtention de son brevet de pilote.

Après cela et «jusqu'à récemment, d'autres consultations chez le médecin ont eu lieu, donnant lieu à des arrêts maladie mais sans que ne soient attestées des tendances suicidaires ou de l'agressivité à l'égard d'autrui», avait précisé le procureur de Düsseldorf, Ralf Herrenbrück.

Mardi, la compagnie Lufthansa, maison-mère de Germanwings, a indiqué avoir transmis aux autorités judiciaires allemandes des «documents supplémentaires» confirmant que le copilote avait informé son école de pilotage en 2009 qu'il avait connu un «épisode dépressif sévère».

Dans son édition de jeudi, le quotidien populaire Bild, citant des documents obtenus auprès des enquêteurs, a affirmé que M. Lubitz avait confié à des médecins qu'il avait vus dans les semaines précédant le crash qu'il prenait des anti-dépresseurs et du Lorazepam, un anxiolytique.

Par ailleurs, selon la même source, le copilote a été impliqué dans un accident de voiture fin 2014 et en a gardé des séquelles, notamment des problèmes de vue. (afp)

Ton opinion