Actualisé 18.02.2020 à 08:46

SuisseLe coronavirus chamboule la rentrée universitaire

Plusieurs hautes écoles, comptant beaucoup d'étudiants de Chine ou y envoyant des stagiaires, prennent des précautions.

von
ofu/rmf
Les Chinois représentent environ 8% des étudiants de l'EHL, soit près de 400 personnes.

Les Chinois représentent environ 8% des étudiants de l'EHL, soit près de 400 personnes.

Keystone/Peter Klaunzer

Entamé lundi, le semestre de printemps nécessite déjà des ajustements pour plusieurs institutions comptant des étudiants en provenance de Chine. La crainte du coronavirus a en effet poussé les directions de l'EPFL, l'EPFZ et de certaines hautes écoles à demander aux personnes y ayant séjourné de respecter une quarantaine de 14 jours.

«Nous savons que nous faisons partie des points chauds», explique au «Tages-Anzeiger» Anna Maltsev, porte-parole de l'EPFZ, qui compte 580 étudiants et 376 employés chinois. L'EPFL, avec ses 348 élèves chinois dont 170 doctorants, a aussi édicté une mesure de télétravail pour ceux qui reviennent de Chine.

Bracelets pour personnes en bonne santé

L'École hôtelière de Glion va même plus loin, raconte un enseignant. Les élèves venant d'Asie peuvent arriver jusqu'à un mois après le début du semestre s'ils craignent une contamination ou que leur vol est déplacé; ceux qui devaient y faire un stage ont pu repousser le séjour et intégrer un autre semestre. En outre, «tout le monde doit passer un contrôle médical. S'il est OK, on reçoit un bracelet jaune; les personnes sans bracelet ne sont pas admises aux cours.» À l'École hôtelière de Lausanne, des mesures de télétravail ont aussi été instaurées pour les employés basés en Chine.

Difficile donc de suivre le programme comme d'habitude. La plupart des établissements ont mis sur pied ou disposaient déjà d'un système de mise en ligne de vidéos des cours. Des examens oraux ont en outre été repoussés, mais ne devraient pas faire rater un semestre aux principaux concernés. Les examens écrits sont considérés comme dépourvus de risque en raison de la distance entre les places.

Mode de propagation du Coronavirus

L'OMS a estimé qu'il y avait une «chance réaliste de stopper» la propagation dans le monde du nouveau coronavirus, désormais officiellement appelé «Covid-19». Vidéographie qui explique comment le nouveau virus se propage d'humain à humain.

«J'aurais pu infecter mes collègues»

Certaines mesures ont toutefois été prises un peu tard, raconte un doctorant de l'EPFZ au «Tages-Anzeiger». Parti en Chine pour fêter le Nouvel-An avec sa famille, il a reçu comme instructions de son employeur de rester une semaine à la maison. Une fois la période terminée, il est retourné travailler. Trois jours plus tard, un nouveau mail indique que la quarantaine est prolongée à 14 jours. «Dois-je rentrer chez moi ? Si j'étais malade, j'aurais déjà infecté mes collègues...» En accord avec son chef et faute de symptômes, il a donc fait fi des consignes.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!