Actualisé 08.08.2015 à 12:05

Toulouse (F)Le corps d'Eva a été plongé dans un bain d'acide

On en sait davantage sur les circonstances de la mort de la jeune étudiante de 23 ans, retrouvée morte dans une malle à Toulouse, dans une affaire de dette et de trafic de stupéfiants.

de
cga/afp
Eva était étudiante en histoire de l'art et en archéologie. (photo: Twitter)

Eva était étudiante en histoire de l'art et en archéologie. (photo: Twitter)

Un scénario digne de la série Breaking Bad. Trois hommes et une femme âgés de 19 à 23 ans ont été mis en examen vendredi et samedi dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat à Toulouse d'une étudiante, a-t-on appris samedi du parquet. Le meurtre, visiblement commis à cause d'une dette sur fond de trafic de drogue, a été particulièrement atroce d'après les premiers éléments de l'enquête.

«Ce qui frappe dans cette affaire, c'est évidemment le profil des personnes mises en cause», a expliqué vendredi le procureur de Toulouse. Tous sont étudiants en école de commerce ou en maths sup, relève «le Parisien». Deux hommes ont été mis en examen vendredi en fin de journée pour assassinat (homicide avec préméditation), trafic de stupéfiants et vol aggravé. Un troisième pour complicité d'assassinat par instigation, trafic de stupéfiants et vol aggravé. Les trois hommes ont été écroués. La jeune femme mise en examen pour trafic de stupéfiants a été placée sous contrôle judiciaire, a précisé le parquet dans un communiqué. Aucun des quatre suspects n'avait d'antécédent judiciaire.

«Déferlement de violence»

Comme l'a expliqué le procureur de Toulouse, Eva B. a été victime d'un «déferlement de violence» après avoir consommé du speed et de l'atropine avec ses deux futurs bourreaux,venus lui réclamer sa dette de 6000 euros. «Le but de la visite à la victime était de la supprimer et de lui dérober des objets», selon les propos d'un suspect, ce qui pointe vers la préméditation. En revanche, «les achats relatifs à l'acide et à la malle [n'ont] été faits que postérieurement au passage à l'acte», a précisé le procureur.

Eva a été battue à mort, à coup de pied-de-biche et d'un poing américain au point de présenter lors de l'autopsie une fracture mortelle du crâne. Ils auraient ensuite voulu faire croire à une disparition et se seraient inspiré de la série américaine «Breaking Bad»: ils ont acheté «de l'acide et une malle en polyéthylène afin de plonger le cadavre et de le dissoudre». Les suspects seraient par la suite revenus tous les jours de la semaine suivante pour nettoyer l'appartement, dérober des objets et vérifier l'état du cadavre. Les deux étudiants auraient notamment calfeutré l'appartement et répandu des désodorisants pour maquiller l'odeur du corps. Mais cela n'a pas été efficace puisque les secours arrivés sur place lundi dernier ont fait état d'une odeur insoutenable. Le cadavre, dégradé par l'acide, se trouvait dans un état de décomposition avancé.

Comme la préméditation du crime semble se confirmer, les suspects risquent la prison à perpétuité.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!