Tanzanie : Le corps d'un bébé albinos retrouvé mutilé
Actualisé

Tanzanie Le corps d'un bébé albinos retrouvé mutilé

Un bébé albinos de 18 mois a été enlevé samedi dans le nord de la Tanzanie. Son corps a été retrouvé mutilé dans une forêt, a annoncé la police mercredi.

Les albinos sont la cible de fréquentes attaques dans le nord de ce pays d'Afrique de l'Est, victimes de croyances qui attribuent des vertus magiques à leurs organes recherchés pour des rituels de sorcellerie. Leurs organes se vendent environ 600 dollars (563 francs) dans le pays, un corps entier pouvant aller jusqu'à 75'000 dollars 70'400 francs).

«Le corps de Yohana Bahati a été découvert dans la nuit (de mardi à mercredi) dans la réserve forestière de Biharamulo, à quelques kilomètres de son village d'Ilelema», a déclaré à l'AFP Joseph Konyo, chef de la police pour la région de Geita (1000 km au nord-ouest de Dar es-Salaam). «Ses bras et jambes ont été amputés», a-t-il ajouté, précisant que deux personnes, dont le père de l'enfant - qui se trouvait près de la maison lors de l'enlèvement - étaient toujours interrogés par la police.

La maman dans un état grave

La mère du bébé, grièvement blessée à coups de machette lorsqu'elle a tenté de défendre son enfant des ravisseurs ayant pénétré de nuit à son domicile, était toujours hospitalisée mercredi. Elle a été transférée à l'hôpital mieux équipé de Bugando, dans la région voisine de Mwanza, en raison de la détérioration de son état, a indiqué mercredi matin le chef du Service des urgences de l'Hôpital de Bugando, Derick David à la télévision nationale.

Tabu Bahati, 3 ans, une des deux soeurs - elles aussi albinos - du bébé enlevé et tué, est toujours sous protection policière. Sa soeur aîné, Shida Bahati, âgée de 12 ans, n'était pas au domicile lors de l'attaque et est hébergée chez des proches dans un autre village, selon la police.

Fin décembre, une fillette de quatre ans a été enlevée dans la région voisine de Mwanza et reste introuvable, malgré une forte récompense offerte à qui permettra de la retrouver.

(afp)

Ton opinion