Actualisé 24.01.2011 à 07:05

Disparition en FranceLe corps de Laëtitia reste introuvable

Les enquêteurs cherchaient toujours dimanche le corps de Laëtitia Perrais, 18 ans, disparue dans la nuit de mardi à mercredi près de Pornic, probablement enlevée et tuée.

Le principal suspect dans l'enquête sur la disparition de Laëtitia, Tony Meilhon, 31 ans, a été mis en examen samedi pour «enlèvement suivi de la mort» et «viol», a annoncé le procureur de la République à Nantes Xavier Ronsin dans un communiqué titré «Disparition et probable décès de Laëtitia» qui laisse peu d'espoir pour la jeune fille.

Les recherches sur le terrain se poursuivent ainsi que les auditions, a-t-on précisé dimanche de source proche de l'enquête. Dimanche midi, la famille d'accueil où vivait Laëtitia depuis six ans a révélé que la jeune fille connaissait Tony Meilhon depuis 15 jours alors que, selon les éléments connus jusqu'à présent, la lycéenne et l'inculpé avaient été vus ensemble à plusieurs reprises dans la soirée.

Les enquêteurs sont pratiquement certains du décès

«Elle le connaissait depuis 15 jours», a déclaré sur France 2 la fille de la famille d'accueil dans laquelle Laëtitia vivait depuis six ans. La jeune fille était «quelqu'un de très doux, naïve, innocente», a-t-elle ajouté.

Interrogé sur une éventuelle deuxième garde à vue qui aurait débuté samedi, le parquet de Nantes n'a dimanche matin ni confirmé ni démenti l'information donnée par Europe 1 et Ouest France. L'enquête est désormais sous la responsabilité du juge d'instruction Martinot, tenu au secret de l'instruction, au cabinet duquel l'information judiciaire a été ouverte samedi, a précisé M. Ronsin à l'AFP.

Les premières expertises ont «confirmé que les traces de sang découvertes dans le véhicule de M. Meilhon étaient bien celles de Laëtitia», a en revanche indiqué le parquet de Nantes. Dernière personne à avoir été vue avec Laëtitia dans la nuit de sa disparition, Tony Meilhon a été déféré au parquet de Nantes samedi à la mi-journée, à l'issue de 48 heures de garde à vue à la gendarmerie de Pornic. Il a été placé en détention provisoire après sa mise en examen. Les enquêteurs sont pratiquement certains du décès de Laëtitia mais doivent absolument retrouver son corps pour déterminer dans quelle circonstance exacte les faits se sont produits. Selon le procureur M. Ronsin, M. Meilhon «conteste les accusations portées contre lui et évoque un simple accident mortel de la circulation». (afp)

Lourd passé judiciaire

Tony Meilhon a un lourd passé judiciaire, entamé avant même sa majorité. On y trouve, par ordre chronologique des condamnations: un vol de véhicule en 1995, un viol avec violences en 1997, un recel et usage de stupéfiant en 1998, des violences et dégradations en 1999, des violences en 2002, un vol à main armée à Nantes et des violences en 2003, des outrages en 2005, des menaces d'atteintes aux personnes en 2007, des outrages et des menaces en 2009.

Selon l'une de ses sœurs interrogée par BFMTV samedi, Tony Meilhon était «rejeté par sa famille, rejeté par la société» et «s'insérer dans la vie, ça n'a pas été possible» pour lui. «Si vous lui faites pas de mal, tout va bien, il est gentil» et «puis, par contre, si vous lui faites des crasses, là par contre c'est pas du tout ça, c'est vrai qu'il peut être violent» a-t-elle ajouté.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!