Accident du F/A-18 : Le corps du pilote retrouvé sur le site du crash
Actualisé

Accident du F/A-18 Le corps du pilote retrouvé sur le site du crash

Des hélicoptères sont mobilisés mercredi à la faveur d'une météo plus clémente. L'avion a été retrouvé dans la région du Susten et la dépouille du pilote militaire de carrière a été identifiée ce mercredi matin sur le site du crash.

1 / 11
Le corps du pilote du F/A-18 qui s'est écrasé lundi 29.08.2016 dans les Alpes a été retrouvé dans l'épave de l'appareil, a annoncé le DDPS.

Le corps du pilote du F/A-18 qui s'est écrasé lundi 29.08.2016 dans les Alpes a été retrouvé dans l'épave de l'appareil, a annoncé le DDPS.

Keystone/Philipp Schmidli
La victime est un pilote militaire de carrière des forces aériennes âgé de 27 ans. Les causes du crash font l'objet d'une enquête de la justice militaire.

La victime est un pilote militaire de carrière des forces aériennes âgé de 27 ans. Les causes du crash font l'objet d'une enquête de la justice militaire.

Keystone/Philipp Schmidli
«La dépouille du pilote a été retrouvée parmi les décombres du F/A-18 et clairement identifiée mercredi matin 31 août 2016», selon un communiqué de l'armée.

«La dépouille du pilote a été retrouvée parmi les décombres du F/A-18 et clairement identifiée mercredi matin 31 août 2016», selon un communiqué de l'armée.

Keystone/Philipp Schmidli

Le corps du pilote du F/A-18, qui s'est écrasé lundi dans les Alpes suisses, a été retrouvé dans l'épave de l'appareil, a annoncé mercredi le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports. «La dépouille du pilote a été retrouvée parmi les décombres du F/A-18 et clairement identifiée ce mercredi matin 31 août 2016», selon un communiqué.

La victime est un pilote militaire de carrière des Forces aériennes âgé de 27 ans. Les causes du crash font l'objet d'une enquête de la justice militaire.

Le F/A-18 était le deuxième avion à s'être envolé lundi de la base aérienne de Meiringen à 16h01, 15 secondes après le leader, dans le cadre d'un vol d'entraînement. Le pilote avait répondu selon les règles au premier contact radio. Il n'avait en revanche plus réagi au deuxième appel.

Zone d'exclusion aérienne

Les causes du crash font l'objet d'une enquête de la justice militaire. Les débris de l'appareil seront déblayés ces prochains jours de ce terrain de haute montagne particulièrement escarpé. Le site du crash est interdit aux randonneurs et alpinistes jusqu'à la fin des travaux d'évacuation. L'interdiction de survol de la région du col du Susten est maintenue dans un périmètre de cinq miles nautiques 9,3 kilomètres, jusqu'à une altitude de 5000 mètres.

Repéré mardi

Après des recherches intensives, la carcasse de l'appareil a été repérée depuis les airs mardi dans la région de Hinter-Tierberg à 3000 mètres d'altitude. Les recherches ont été rendues particulièrement difficiles en raison du terrain situé en haute montagne et des conditions météorologiques défavorables.

En juin dernier, deux avions de chasse de type Tiger F-5E étaient entrés en collision au cours d'un entraînement aux Pays-Bas et l'un de ces appareils avait pris feu et s'était écrasé. Son pilote avait pu s'éjecter. En 2013, un F/A-18 avait heurté le versant d'une montagne dans le centre de la Suisse, provoquant la mort de son pilote et du passager. (nxp/ats)

Le Conseil fédéral est profondément touché

Le Conseil fédéral est profondément touché par la mort du pilote du F/A-18, a indiqué le ministre de la Défense Guy Parmelin en marge de la séance extra muros du gouvernement à Glaris. Le conseiller fédéral va attendre les résultats de l'enquête avant de prendre d'éventuelles mesures.

«Nous avons longtemps espéré que le pilote puisse être sauvé», a déclaré Guy Parmelin. Le Conseil fédéral in corpore adresse ses condoléances aux proches, a-t-il précisé. Le ministre de la défense a ajouté qu'il était désormais important de ne pas prendre de décisions irréfléchies avant la fin de l'enquête. «Nous allons analyser les circonstances du crash et prendre des mesures si elles sont nécessaires», a-t-il déclaré. Il n'a pas précisé quelles mesures seraient envisagées.

L'armée de l'air peut continuer d'assurer sa mission, car le nombre d'avions de la flotte reste suffisant, malgré le crash, a-t-il indiqué.

(NewsXpress)

Ton opinion