Rapt au Pakistan: Le couple aurait été transféré au Waziristan
Actualisé

Rapt au PakistanLe couple aurait été transféré au Waziristan

Les policiers bernois victimes d'un rapt au Pakistan, vendredi, pourrait avoir été transféré au Sud-Waziristan.

Le couple suisse enlevé vendredi dans la province pakistanaise du Baloutschistan pourrait avoir été transféré au Sud-Waziristan, selon des responsables de cette région tribale voisine. Aucune revendication de l'enlèvement n'avait été signalée dimanche.

La province du Baloutchistan, au sud-ouest du Pakistan, a demandé l'aide des responsables administratifs et tribaux du Sud-Waziristan, un ancien fief taliban, a dit dimanche à l'agence AP le ministre de l'Intérieur de la province du Baloutchistan, Zafarullah Baloch.

Les otages, un policier et une ancienne fonctionnaire de police bernois, étaient partis au Pakistan pour un voyage privé, a indiqué à l'ats Daniela Sigrist, porte-parole de la police cantonale, confirmant une information du journal dominical «SonntagsZeitung».

Le couple a été enlevé par des hommes armés alors qu'il voyageait dans le district de Loralai, à 170 km à l'est de Quetta, la capitale de la province du Baloutchistan.

Véhicule retrouvé

Samedi, les autorités pakistanaises avaient lancé des opérations de recherche avec l'aide de chefs tribaux dans trois districts baloutches: Loralai, Zhob et Qila Saifullah. «Nous nous concentrons sur Zhob», proche de l'Afghanistan et des zones tribales sous contrôle des talibans pakistanais et d'Al-Qaïda, avait indiqué un responsable local.

Les deux citoyens suisses étaient entrés au Baloutchistan vendredi en fin d'après-midi depuis la province voisine du Pendjab et se rendaient probablement à Quetta.

La police a retrouvé leur camping car dans un endroit boisé et des témoins ont déclaré aux enquêteurs que le couple avait été «emmené à la pointe du fusil par des hommes armés non-identifiés».

Mise en place d'une task force

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a indiqué être en contact avec les autorités locales, via l'ambassade suisse à Islamabad, et les familles du couple. Il a mis en place une task force interdépartementale pour coordonner l'action des services impliqués, notamment l'Office fédéral de la police (fedpol) et le Service de renseignement de la Confédération (SRC).

Sur son site consacré aux conseil aux voyageurs, le DFAE déconseille «de se rendre au Pakistan pour des voyages touristiques ou autres qui ne présentent pas un caractère d'urgence». Il souligne les risques d'enlèvements ou d'actions armées dans les provinces du Baloutchistan, du Sindh et du Penjab.

La province du Baloutchistan, frontalière de l'Iran et de Afghanistan, est en proie à de violents incidents depuis la rébellion en 2004 d'un groupe de séparatistes et est également un fief de talibans. (ats)

Ton opinion