Région lausannoise: Le couple B. nie avoir saccagé des apparts
Actualisé

Région lausannoiseLe couple B. nie avoir saccagé des apparts

Accusé d'avoir semé le chaos un peu partout alors qu'il était à l'aide sociale, un couple infernal jure être victime d'une cabale.

Ils n'auraient «oublié» de payer que deux loyers sur les deux dernières années, n'auraient jamais semé le désordre, et pourtant, leurs trois derniers bailleurs chercheraient à salir leur réputation en les accusant d'être d'affreux jojos. Après les révélations de «20 minutes» (éditions du 17 et 24 février) sur des affaires d'arnaques et de locations chaotiques les concernant, monsieur et madame B. ont décidé, lundi, de donner leur version des faits.

Des photos incompréhensibles

Selon eux, les photos d'appartements saccagés sont «incompréhensibles», en tout cas pas liées à leur passage sur place: «Ces accusations nous mettent dans une situation difficile». De pauvres victimes, les B? Des documents en notre possession font état d'innombrables poursuites touchant monsieur, depuis 2004: «Des choses qui se sont accumulées...» Contestant être un «arnaqueur», il ne voit rien d'anormal à avoir été logé par les services sociaux de Pully, en 2009 avec sa famille, dans des hôtels chics. «Nous n'avions plus de toit. Et nous avons des enfants à charge.»

«Accusations loufoques»

L'avocat d'une personne en conflit avec les B. rigole devant l'accusation d'acharnement. «Ils ont collé une plainte à mon client, et à une dame qui les a hébergés avant lui.» Cette dernière ne s'étonne pas de se voir «chargée»: «Ils m'en veulent car je me bats pour informer les gens et leur éviter de vivre les problèmes que j'ai vécus avec les B.»

«Nous ne sommes pas responsable des dégâts»

Chef du Service Social de Lausanne, Michel Cornut conteste qu’une telle institution puisse être tenue pour responsable de dégâts commis dans un appartements par des bénéficiaires d’une aide. «Quand un retraité grille un feu rouge, on n’attaque pas l’AVS». Il précise que pour assurer le bon paiement d’un loyer, un propriétaire peut contacter ses services pour faire part d’éventuels problèmes. «Mais il faut nous appeler. On ne sait pas tout sur tout le monde.»

Ton opinion