Allemagne: Le couple de la «maison de l'horreur» condamné
Actualisé

AllemagneLe couple de la «maison de l'horreur» condamné

Un couple qui attirait des femmes dans leur ferme pour les torturer ensuite a été lourdement condamné par la justice allemande vendredi.

Au terme d'un procès de près de deux ans, Angelika Wagener, 49 ans, a été condamnée à 13 ans de prison ferme et son ancien mari Wilfried, 48 ans, à 11 ans d'emprisonnement assortis d'une thérapie psychiatrique.

Au terme d'un procès de près de deux ans, Angelika Wagener, 49 ans, a été condamnée à 13 ans de prison ferme et son ancien mari Wilfried, 48 ans, à 11 ans d'emprisonnement assortis d'une thérapie psychiatrique.

Keystone

La justice allemande a condamné vendredi à de lourdes peines de prison une femme et son ex-mari pour avoir séquestré et tué deux femmes dans leur «maison de l'horreur», une affaire qui avait choqué le pays.

Au terme d'un procès de près de deux ans, le tribunal de Paderborn a condamné Angelika Wagener, 49 ans, à 13 ans de prison ferme et son ancien mari Wilfried, 48 ans, à 11 ans d'emprisonnement assortis d'une thérapie psychiatrique.

Pendant des années, le couple avait attiré des femmes, via des petites annonces, dans leur ferme de Rhénanie du Nord-Westphalie à Höxter, où ils leur faisaient subir des sévices psychologiques et physiques.

Torture et meurtres

Deux d'entre elles n'ont pas survécu: une femme de 41 ans était décédée à l'hôpital après avoir été frappée pendant des semaines.

Une autre a aussi été tuée en 2014, selon des aveux d'Angelika Wagener. Ils ont alors placé son corps dans un congélateur avant de le ressortir pour le découper en morceaux et le brûler dans une cheminée.

Les deux accusés, qui se sont rejeté la faute durant le procès, ont exprimé des regrets à l'audience. L'homme a été interné dans un hôpital psychiatrique. Le parquet avait requis la réclusion criminelle à perpétuité.

Le couple avait aussi séquestré et maltraité plusieurs autres femmes qui, elles, ont survécu. Les victimes, qui étaient attachées et frappées, n'ont pas fait l'objet d'agressions sexuelles. Le couple cherchait plutôt à assouvir son pouvoir sur elles.

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion