Actualisé 03.10.2018 à 11:08

FranceLe couple molesté par Benalla sera jugé

Le couple molesté par Benalla sera jugé pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique.

1 / 26
L'ancien chargé de mission de l'Élysée, Alexandre Benalla, a obtenu un passeport de service qu'il avait sollicité par «une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet» de l'Elysée non signée, a affirmé devant le Sénat le directeur de cabinet de la présidence de la République, Patrick Strzoda (photo). 16 janvier 2019

L'ancien chargé de mission de l'Élysée, Alexandre Benalla, a obtenu un passeport de service qu'il avait sollicité par «une note dactylographiée à en-tête du chef de cabinet» de l'Elysée non signée, a affirmé devant le Sénat le directeur de cabinet de la présidence de la République, Patrick Strzoda (photo). 16 janvier 2019

AFP
Alexandre Benalla a rendu ses passeports diplomatiques ce mercredi 9 janvier 2019.

Alexandre Benalla a rendu ses passeports diplomatiques ce mercredi 9 janvier 2019.

AFP
L'Elysée a sommé Alexandre Benalla de s'expliquer sur «d'éventuelles missions personnelles et privées» qu'il aurait menées pendant ses fonctions à l'Elysée. (27 décembre 2018)

L'Elysée a sommé Alexandre Benalla de s'expliquer sur «d'éventuelles missions personnelles et privées» qu'il aurait menées pendant ses fonctions à l'Elysée. (27 décembre 2018)

AFP

Le couple molesté par l'ancien chargé de mission de l'Elysée, Alexandre Benalla, en marge des manifestations du 1er mai à Paris, en France, sera jugé pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique. Leur garde à vue a été levée mardi soir.

L'homme et la femme ont été interrogés sous le régime de la garde à vue une grande partie de la journée et «se sont vu remettre une convocation devant le tribunal correctionnel», a-t-on précisé de source judiciaire.

Les deux jeunes gens avaient reconnu dans des interviews avoir lancé sur les forces de l'ordre des objets, dont une carafe prise à la terrasse d'un café. C'est à la suite de ce geste, qu'ils ont dit regretter, qu'Alexandre Benalla, casqué et mêlé aux CRS présents sur place, a participé à leur interpellation musclée.

Faits reconnus

Cela a valu à celui qui était devenu l'homme de confiance du chef de l'Etat, Emmanuel Macron, depuis la campagne de l'élection présidentielle, d'être licencié de l'Elysée et mis en examen, après la diffusion en juillet d'un enregistrement vidéo de cet incident.

Selon leur avocat, les deux prévenus «ont, une nouvelle fois, reconnu les faits qui leur sont reprochés et ont présenté leurs excuses», lors de leur garde à vue dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris.

«Aucune plainte n'a été déposée contre eux par les forces de l'ordre et celles-ci n'ont eu à déplorer aucun blessé dans leurs rangs», a ajouté l'avocat sur son compte Twitter. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!