Actualisé 30.12.2007 à 20:19

Le courrier est bien trop cher en Suisse

Le courrier est trop cher en Suisse.L'autorité de surveillance du marché postal revient à la charge chiffres en main. Selon son directeur sur le départ, La Poste encaisse 300 millions de francs de trop par année.

Une baisse substantielle des prix du courrier A et B est donc possible, affirme Martin Kaiser dimanche dans la «NZZ am Sonntag». PostReg a déjà fait valoir que les prix du courrier en Suisse, surtout pour les envois de moins de 20 grammes qui en constituent 90 %, sont parmi les plus élevés du continent.

La Poste n'a jamais donné suite aux demandes de PostReg qui ne dispose d'aucun moyen pour imposer ses vues. La compétence de fixer les prix du courrier est du ressort du département de Moritz Leuenberger.

Dans la même interview, M. Kaiser, qui travaillera pour economiesuisse dès mardi, plaide pour une rapide ouverture du marché. Aussi longtemps que La Poste sera en situation de monopole, le réseau des offices postaux ne constituera qu'un facteur de coûts.

Il représentera un facteur de succès stratégique aussitôt que La Poste sera pleinement en concurrence. Le monopole ne permettra de sauver aucun emploi, ajoute le futur ex-directeur.

Libéralisation soutenue par Doris Leuthard

La ministre de l'économie Doris Leuthard plaide aussi pour une libéralisation du marché postal. Comme l'Union européenne, la Suisse doit complètement supprimer le monopole sur les lettres, dit- elle dans une interview dans le même journal. A l'instar de Swisscom, La Poste pourrait devenir une SA, imagine-t-elle.

Au cours des neuf premiers mois de l'année, le bénéfice de la Poste a dépassé de 16,3 % celui réalisé en 2006 durant la même période. Il s'est inscrit à 699 millions de francs.

Le secteur du courrier, PostMail, présente lui une rentabilité amoindrie, avec un résultat d'exploitation reculant de 264 à 184 millions. Quant au réseau postal, il limite ses pertes, passant d'un déficit de 98 millions à 39 millions. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!