Franc fort: Le cours de l'euro à 1,30 franc, c'est mieux
Actualisé

Franc fortLe cours de l'euro à 1,30 franc, c'est mieux

Pour les milieux économiques, un euro à 1,20 franc ne suffit pas à sauver l'industrie suisse d'exportation. Il faudrait au moins 1,30 franc, selon leurs calculs.

«J'espère que la banque centrale élèvera le cours lorsque l'occasion se présentera», a déclaré à la «SonntagsZeitung» Gerold Bührer, président d'economiesuisse.

«Nous demandons que d'autres pas soient franchis afin d'affaiblir le franc face à l'euro», a renchéri Hans Hess, président de Swissmem, association faîtière de l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux. De son côté, le patron du fabricant soleurois de machines à café Jura, Emmanuel Probst, va plus loin en exigeant que la Banque nationale suisse défende un cours à 1,35 franc. Depuis l'introduction d'un cours plancher de l'euro à 1,20 franc il y a deux mois, les revendications supplémentaires adressées au président de la BNS Philipp Hildebrand étaient tabous mais aujourd'hui, le vent a tourné, a observé le journal dominical.

«Une grande partie des sociétés ne sont plus concurrentielles avec un cours à 1,20 franc», a constaté Hans Hess. De plus en plus d'entreprises sont contraintes de prendre des mesures restrictives et depuis le printemps dernier, plus de 2000 emplois ont été supprimés en Suisse. Si le franc ne s'affaiblit pas bientôt, les milieux économiques tablent sur la suppression de 25'000 emplois dans les seules entreprises d'exportation. (ap)

La BNS prête à de nouvelles mesures

NZZ am Sonntag».

«Au cours actuel, le franc est encore à un niveau très élevé face à l'euro. Nous nous attendons à ce qu'il s'affaiblisse encore avec le temps. Mais si tel n'était pas le cas, cela pourrait engendrer des tendances déflationnistes et exercer une pression énorme sur l'économie. Si les perspectives économiques et cette évolution déflationniste l'exigent, nous somme prêts à prendre d'autres mesures», a-t-il déclaré dans une interview accordée à l'hebdomadaire alémanique.

Quant à savoir si ce cours plancher devrait désormais se situer à 1,30 franc, Philipp Hildebrand ne s'est pas prononcé. «Nous surveillons les données et nous prendrons des mesures si nécessaire», a-t-il déclaré.

Le 6 septembre, la banque centrale est déjà intervenue pour lutter contre l'appréciation du franc, fixant un taux plancher de 1,20 franc pour un euro afin d'éviter un raffermissement excessif de la devise helvétique, qui pénalise les exportateurs suisses.

Depuis, un relèvement de ce cours plancher par la BNS a régulièrement été évoqué par les marchés, mais l'institut d'émission ne s'est jamais prononcé sur la question.

Ton opinion