Actualisé 30.06.2020 à 08:44

Armée et protection civile

Le Covid-19 ne devrait pas plomber l’assurance militaire

Les prestations étaient en légère hausse l’an dernier. Cette année, les coûts semblent stables, malgré la hausse du nombre de jours de service liée au coronavirus.

Sur les 40'900 nouveaux cas enregistrés l'an dernier, 30'500 concernent des personnes malades.

Sur les 40'900 nouveaux cas enregistrés l'an dernier, 30'500 concernent des personnes malades.

Tamedia AG

Militaires, civilistes et membres de la protection civile ont donné davantage de travail et engendré davantage de coûts pour l'assurance militaire l'an dernier. Cette dernière a recensé 2200 cas supplémentaires d'accidents et de maladies par rapport à 2018, pour un total de 40'900 nouveaux cas.

En 2019, le nombre total de jours de service assurés a atteint 9,3 millions, soit un niveau stable par rapport à l'année précédente (9,4 millions), indique mardi la Suva. La Caisse nationale d'assurance accident est chargée de l'assurance militaire par la Confédération depuis 2005.

Sur les 40'900 nouveaux cas enregistrés l'an dernier, 30'500 concernent des personnes malades. Le nombre de cas d'accidents est de 10'400. Les militaires sont touchés par 14'200 cas de maladie et 6600 accidents.

Frais de traitement en hausse

Les prestations de l'assurance militaire se sont élevées à 177,7 millions de francs. Il s'agit d'une légère hausse de 1,5% par rapport à l'année précédente. Environ 45% de cette somme ont été versés sous forme de rente. Cela correspond à 80,2 millions de francs, à savoir 1,2 million de moins qu'en 2018. Le nombre de décès des bénéficiaires dépasse nettement celui des nouvelles rentes.

Le coût des indemnités journalières a légèrement reculé. Il s'élevait à 24,4 millions de francs. Les frais administratifs (20,1 millions) s'inscrivent dans la même tendance. En revanche, les frais de traitement ont augmenté de 6% pour atteindre 72,1 millions de francs. Cette hausse est due au nombre élevé de nouveaux cas et au renchérissement.

Pas d'impact du Covid-19

Pour l'année en cours, il est encore trop tôt pour pouvoir évaluer pleinement les effets de la mobilisation partielle de l'armée et du service civil liée au coronavirus. À ce jour toutefois, le nombre de cas reste similaire à celui de l'année dernière. La numérisation de l'exploitation a permis de bien maîtriser le traitement des cas de Covid-19, précise la Suva.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé