18.08.2020 à 11:07

VaudLe Covid booste une jeune société

Le coronavirus a fait passer la jeune pousse Technis basée à Écublens au niveau supérieur. La nécessité de contrôler le nombre de clients dans les commerces, notamment dans la grande distribution, a fait bondir le chiffre d’affaires de 20% par mois.

La startup Techins rend les sols intelligents et connectés.

La startup Techins rend les sols intelligents et connectés.

DR/Twitter

La nécessité de contrôler les flux de clients ou de visiteurs en pleine pandémie de Covid-19 a propulsé Technis dans une autre dimension. Forte d’une croissance galopante, la jeune pousse vaudoise va désormais commercialiser son tapis intelligent aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Émanation de l’EPFL, la société a procédé récemment à une augmentation de capital pour financer son développement, à hauteur de 3,2 millions de francs, indique Technis mardi.

L’opération a permis non seulement de lever des fonds, mais également de gagner un partenaire stratégique. M3 Groupe, fondé et dirigé par l’homme d’affaires genevois Abdallah Chatila, est devenu le distributeur exclusif pour la Suisse des solutions développées par Technis. Le conglomérat est actif notamment dans les domaines de la sécurité, de l’immobilier et de l’événementiel.

M3 Groupe a investi 2 millions de francs, prenant une participation «importante» mais non majoritaire dans l’entreprise, précise à AWP Wiktor Bourée, fondateur de Technis.

Créé en 2016, Technis commercialise des solutions permettant de gérer les flux de personnes. Son produit phare est un tapis connecté qui a convaincu notamment une multinationale comme Nestlé, le groupe de casinos Barrière ou encore le CERN. Wiktor Bourée vante un produit «plug and play», qui peut être expédié et monté directement par le client, sans modification structurelle.

Le coronavirus a fait passer la jeune pousse basée à Écublens au niveau supérieur. La nécessité de contrôler le nombre de clients dans les commerces, notamment dans la grande distribution, a fait bondir le chiffre d’affaires de 20% par mois.

Revenus multipliés

Les ventes devraient être multipliées par dix cette année. La société vise un chiffre d’affaires de «plusieurs dizaines de millions» de francs à fin 2021. Les effectifs seront multipliés par deux d’ici à la fin de l’année prochaine, passant à une cinquantaine d’employés. Le recrutement se fera majoritairement (60%) pour la partie commerciale, mais également dans la recherche et développement.

«Nous étions déjà en croissance avant la pandémie», souligne cependant le patron de Technis. Le coronavirus a stimulé la croissance de manière fulgurante, concède-t-il toutefois. «Cette crise a démontré la nécessité pour certaines entreprises de s’équiper de matériel de contrôle des flux.»

La société a constitué des stocks afin de pouvoir livrer ses clients le plus rapidement possible. Certaines lignes de production ont été rapatriées de Chine en Europe. Les solutions développées par la société vaudoise sont désormais produites exclusivement dans le sud du Vieux-Continent.

En termes de marchés, Technis va ouvrir en octobre un bureau commercial en France, doté de cinq personnes, afin de servir sa clientèle dans l’Hexagone, entre autres l’école de Sciences Po à Paris et le Puy du Fou, un parc d’attractions vendéen très fréquenté.

Des distributeurs américains et britanniques ont par ailleurs sollicité la jeune pousse, qui commercialisera ses solutions dès septembre sur ces deux pays. Outre-Atlantique, Technis pourrait réaliser un saut de géant. «En Europe, un client retail représente 100 à 200 magasins à équiper. Aux États-Unis, cela peut atteindre 10’000 points de vente», note Wiktor Bourée.

Technis est également sur le point de commercialiser un système de sol connecté, avec des applications possibles notamment dans le domaine de la santé, par exemple pour détecter un patient qui aurait chuté.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!