Coûts de la santé – Le Covid fait bondir les dépenses, mais pas les primes
Publié

Coûts de la santéLe Covid fait bondir les dépenses, mais pas les primes

La pandémie de coronavirus a fait doubler la hausse des coûts de la santé prévue pour 2021 en Suisse, selon une étude. Les assurés ne devraient pourtant pas passer à la caisse.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

20 minutes/Simon Glauser

Dans un rapport réalisé en collaboration avec Comparis, le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) table sur une hausse des dépenses de santé de 7,3% pour 2021, soit plus du double des 3,3% annoncés en 2020. Cette augmentation tient principalement à l’augmentation des dépenses de l’État et des ménages privés en lien avec le coronavirus.

«La pandémie a de lourdes conséquences sur les dépenses de santé, mais elle ne conduit certainement pas à une explosion des primes d’assurance de base», analyse Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis, cité dans un communiqué.

L’envolée des coûts s’explique principalement par les contributions de l’État aux tests et à la vaccination dans le cadre de la pandémie, ainsi que par les fortes dépenses des ménages privés dans les tests de dépistage du coronavirus non pris en charge par la Confédération.

Les dépenses devraient diminuer

Si les soins stationnaires destinés aux malades du coronavirus sont relativement coûteux, d’autres traitements sont moins fréquemment pratiqués, souligne le rapport. «Il n’y a toujours pas de données véritablement fiables quant aux effets sur la santé de la population consécutifs au recul d’autres examens et traitements (p. ex. du cancer) ou au report d’opérations en raison de la surcharge des hôpitaux par les malades du coronavirus», précise encore le spécialiste.

Sauf mauvaise surprise, le KOF estime que le montant de ces dépenses extraordinaires va fondre dans les années à venir, et que les taux de hausse des dépenses de santé vont diminuer de manière significative en 2022 et 2023, pour s’établir à 1,3 et 1,2% respectivement (voir tableau ci-dessus). Le montant total des dépenses de santé devrait s’élever à 92,3 milliards de francs en 2022 et à 93,4 milliards en 2023.

(Comm/jba)

Ton opinion

61 commentaires