Coronavirus à Genève - Le Covid recule mais la vaccination s’essouffle
Publié

Coronavirus à GenèveLe Covid recule mais la vaccination s’essouffle

La situation sanitaire est bonne, mais l’Etat reste en alerte: seul un gros tiers des Genevois est immunisé, un ratio insuffisant selon lui pour aborder l’automne sereinement.

par
Jérôme Faas

Dès le 2 juillet, le centre de vaccination de Palexpo se concentrera sur les secondes doses, faute de combattants pour les premières.


Dès le 2 juillet, le centre de vaccination de Palexpo se concentrera sur les secondes doses, faute de combattants pour les premières.

© Steeve Iuncker-Gomez

Il y a la bouteille à moitié pleine: «la situation continue à être bonne, le nombre d’infections par jour est très bas», a exposé ce vendredi Adrien Bron, directeur général de la Santé, lors du point presse hebdomadaire des autorités sanitaires genevoises. Mais il y a aussi la bouteille à moitié vide: alors que, pour la première fois, «la vaccination s’essouffle», dixit la pharmacienne cantonale, il s’agit de convaincre les réticents de se soumettre à l’aiguille, sous peine de désillusion, anticipe l’Etat. «L’objectif de 50% de la population vaccinée sera atteint, estime Adrien Bron, mais il sera difficile d’affronter l’hiver avec seulement 50%.»

L’enjeu: les jeunes

A ce jour, un gros tiers de la population bénéficie d’une couverture immunitaire totale: 34% des Genevois sont complètement vaccinés, et 3% sont guéris. Mais le taux de protection diffère largement selon les classes d’âge. Ainsi, quelque 90% des plus de 75 ans sont vaccinés, deux tiers des 50-74 ans, un tiers des 30-49 ans, et seulement un peu plus de 10% des 16-29 ans. «Il faudra que ces chiffres augmentent à la rentrée pour ne pas revivre l’automne 2020», a averti Aglaé Tardin, la médecin cantonale.

Le variant Delta inquiète

Si les autorités sanitaires se gardent bien de déboucher le champagne, c’est qu’elles ont l’œil rivé sur «Israël, le Portugal, l’Angleterre et la Russie, où les contaminations repartent à la hausse», sous la pression du variant Delta. Or, à Genève, la proportion de cas infectés par ce fameux variant a dépassé 20% et augmente. «Le nombre de cas dus au Delta reste stable, alors que les autres diminuent», a précisé Aglaé Tardin. Elle fait l’observation suivante: «si la couverture immunitaire n’est pas suffisante, l’épidémie reprend. Pour lutter, il existe deux possibilités: un maximum de personnes doivent être protégées, et plus le virus est virulent, plus il faut de personnes. Sinon, il faut remettre des contraintes.»

Pour l’instant, à Genève, 271’762 personnes ont reçu la première dose de vaccin. Parmi celles-ci, 185’362 ont également reçu la seconde dose. Dans le même temps, les chiffres de l’épidémie sont «tout à fait rassurants», a évalué la médecin cantonale: de 5 à 20 nouveaux cas chaque jour, 210 personnes en isolement et 56 en quarantaine. L’hôpital, lui, accueille 65 patients Covid, 61 en situation de convalescence et quatre pour une infection aiguë, dont un aux soins intermédiaires et un aux soins intensifs.

Une pluie de certificats

La délivrance du certificat Covid, ce fameux sésame qui doit permettre de voyager ou d’aller en boîte de nuit, va bon train. Le service de santé numérique a déjà envoyé 130’000 SMS aux personnes doublement vaccinées avant le 21 juin, et 70’000 certificats ont été téléchargés par les destinataires. Depuis le 21 juin, ces certificats peuvent être directement obtenus dans les centres de vaccination après l’inoculation de la seconde dose. Par ailleurs, depuis jeudi, l’Etat a mis en ligne un formulaire destiné aux Genevois n’ayant pas reçu de SMS, ou ayant des demandes particulières (obtenir un certificat si l’on a été vacciné à l’étranger, par exemple), ou ayant obtenu un certificat contenant des données personnelles erronées. Le dernier étage de la fusée arrivera lundi 28 juin: les tests PCR et antigéniques négatifs permettront de générer des certificats Covid valables respectivement 72 heures et 48 heures. Dernière nouveauté, les tests antigéniques, dont la validité a donc été étendue à 48 heures, deviennent gratuits.

Un millier de jeunes ados inscrits

La vaccination est dorénavant ouverte aux 12-15 ans, qui recevront le vaccin Pfizer. Pour l’heure, ils sont 947 à s’être ou à avoir été inscrits. Ils recevront tous un rendez-vous au plus tard vendredi prochain. La médecin cantonale a précisé que le consentement du mineur était indispensable pour le vacciner, l’approbation des parents ne suffisant pas. En revanche, il est «tout à fait possible» de vacciner un enfant le désirant» contre l’avis de l’un ou de ses deux parents.

Ton opinion

89 commentaires