Actualisé 28.01.2009 à 10:40

Faillite de Lehman Brothers

Le Crédit Suisse dédommage certains clients, mais pas tous

Le Crédit Suisse aurait acheté les titres sans valeur de Lehman à plus 2000 clients suisses. Or, plus de 1200 personnes de l'association de défense des intérêts des victimes de l'affaire Lehman n'étaient pas au courant.

Le Crédit Suisse aurait racheté des titres Lehman dépossédés de leur valeur pour 100 millions. Pour la banque suisse, l'affaire Lehman serait ainsi close. En tout, seuls 11 clients auraient refusé l'offre, a expliqué Walter Berchtold, directeur du CS-Private Banking à la «NZZ am Sonntag».

René Zeyer, porte-parole de l'association de défense des victimes de l'affaire Lehman, voit les choses autrement: «Comment se fait-il donc que l'association de défense des victimes de Lehman n'ait pas été mise au courant que 2000 clients du CS aient reçu une telle offre?»

Toujours selon Zeyer, seules quelques personnes ont été dédommagés pour une somme d'un million seulement. Confronté à cette affirmation, Georg Söntgerath, porte-parole du Crédit Suisse répond: «Le Crédit Suisse a bien entendu, comme il l'a toujours affirmé, contacté directement les clients concernés et traité chaque cas en particulier afin de proposer des solutions individuelles».

Des critères de remboursements peu transparents

Le CS aurait ainsi dédommagé chaque client qui a investi 50% de ses dépôts dans des produits Lehman et qui aurait jusqu'à 500'000 francs suisses sur des comptes du Crédit Suisse.

Selon René Zeyer, des membres de l'association qui ne correspondaient pas aux critères de remboursement ont quand même reçu des offres et d'autres, qui a priori remplissaient toutes les conditions n'ont rien obtenu...

Du côté du Crédit Suisse, on se justifie ainsi: «Les offres de la banque correspondent à la base aux critères communiqués, avec cependant une marge de manoeuvre possible en fonction des cas», explique Georg Söntgerath.

Pas d'avertissement

Dans la presse dominicale alémanique, le directeur du CS Private Banking, Walter Berchtold, affirme que le CS a cessé toutes ses activités avec Lehman Brothers en mars 2008.

L'association de défense des victimes de Lehman voit les choses différemment: le CS aurait continué à vendre des produits liés à Lehman jusqu'au mois de juillet 2008, sans avertissement, alors que Lehman a été obligée de déclarer faillite en septembre. «Personne n'a été averti des risques possibles», souligne René Zeyer.

Georg Söntgrath affirme au contraire: «Les produits dont le capital est assuré, vendu à un bas prix, assurent des rendements élevés. Nos conseillers ont fait leur devoir et averti les clients des risques à prendre en compte». Toujours d'après Söngerath, jusqu'à la chute de Lehman les ratings de la banque étaient bons et tout le monde a donc été surpris par la faillite.

Sous la pluie sans parapluie

René Zeyer n'accepte pas que pour la banque, le cas Lehman soit maintenant réglé avec le dédommagement de 2'000 clients. «Il y a d'autres victimes qui n'ont pas obtenu gain de cause dans cette malheureuse affaire», souligne-t-il. En outre, les remboursements auprès de 2000 clients ont été effectués discrètement et sans que les autres clients le sachent par la banque. Le CS ne précise pas combien de clients n'ont pas trouvé leur compte dans ce réglement à l'amiable. Selon la «SonntagsZeitung», plus de 700 millions de francs suisses avaient été déposés par les clients du CS dans le portefeuille de Lehman.

Jusqu'à 4000 dédommagements

Près de 4000 investisseurs suisses ont été touchés par la faillite de Lehman en septembre. Ils avaient investi auprès du CS qui vendait en masse des produits dérivés de Lehmann depuis l'automne 2007.

scc/sas/pim

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!