Banque: Le Credit Suisse revoit son organisation

Actualisé

BanqueLe Credit Suisse revoit son organisation

Le Credit Suisse revoit son organisation. Le numéro deux bancaire helvétique regroupe les divisions Private Banking et Asset Management pour former l'unité Private Banking & Wealth Management.

La grande banque passe ainsi de trois à seulement deux divisions. La nouvelle entité sera dirigée conjointement par Hans-Ulrich Meister et Robert Shafir, actuellement patron de la région Amériques, a indiqué mardi Credit Suisse dans un communiqué.

Hans-Ulrich Meister reste en charge de l'ensemble des activités suisses de l'établissement, tandis que Robert Shafir conserve sa fonction de CEO pour la région Amériques.

Autre duo

Quant à la division Investment Banking, elle sera également dirigée par un duo. Gael de Boissard rejoindra Eric Varvel à la tête de la banque d'affaires. Eric Varvel prendra également la fonction de CEO de l'Asie-Pacifique. Gael de Boissard, sera pour sa part en charge de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) et rejoindra le directoire de la banque au 1er janvier 2013.

Ces changements signifient que les fonctions de CEO pour les régions Asie-Pacifique et EMEA n'existeront plus en tant que telles. Les deux titulaires de ces postes vont quitter l'établissement.

Les modifications entreront en vigueur au 30 novembre. La réorganisation n'engendre pas de suppressions de postes supplémentaires, a indiqué une porte-parole, alors que la banque doit encore économiser deux milliards de francs d'ici 2015.

Selon le président du conseil d'administration de Credit Suisse Urs Rohner, ces changements permettront de mettre en oeuvre la stratégie avec plus d'efficacité et de réduire la complexité au sein de la banque. «Cette structure simplifiée dégagera de nouvelles synergies et permettra de réduire les coûts à travers toute la banque», relève pour sa part le patron Brady Dougan.

Action sous pression

Les investisseurs ont réservé un accueil mitigé à l'annonce de Credit Suisse. A la Bourse suisse, le titre lâchait en début d'après- midi 3,2% à 20,87 francs dans un marché lui-même en zone négative. Selon les analystes, la réorganisation ne va pas assez loin.

Les experts attendaient une transformation de plus grande ampleur, notamment dans la banque d'investissement, alors qu'UBS vient d'annoncer la restructuration drastique de sa banque d'affaires avec à la clé la suppression de près de 10'000 emplois.

Pour rappel, Credit Suisse a affiché un bénéfice net en fort recul au 3e trimestre, à 254 millions de francs, contre 683 millions un an plus tôt. La banque a annoncé fin octobre son intention de dégager un milliard de francs d'économies supplémentaires d'ici 2015.

L'établissement a déjà réalisé des économies pour 2 milliards de francs depuis 2011. Près de 2500 emplois sont passés à la trappe dans ce cadre. L'objectif est de réduire les coûts de 4 milliards au total à moyen terme. (ats)

Ton opinion