Etats-Unis: Le crocodile «Pancho» est mort
Actualisé

Etats-UnisLe crocodile «Pancho» est mort

La chasse pour attraper «Pancho», un énorme crocodile qui avait mordu un couple dimanche dernier en Floride, s'est achevée vendredi avec la mort de l'animal.

«Pancho» est mort peu après sa capture, mais les autorités n'ont pas donné d'autres détails.

«Pancho» est mort peu après sa capture, mais les autorités n'ont pas donné d'autres détails.

Les habitants des alentours s'étaient pris d'affection pour lui et ont même tenté de le protéger.

Les autorités pensent que le crocodile capturé, et qui est mort peu après, est bien «Pancho», comme il était surnommé dans le voisinage à Gables by the Sea, au sud-ouest de Miami. Le reptile vivait dans les canaux des environs. Il pesait 150 kilos.

«Pancho» est mort peu après sa capture, mais les autorités n'ont pas donné d'autres détails. Celles-ci, assistées de plusieurs chasseurs spécialisés, étaient à la recherche de l'animal depuis dimanche quand un couple en état d'ébriété s'était fait attaquer après avoir sauté dans un canal connu pour abriter des crocodiles.

Le couple, qui plus est, avait sauté à l'eau en pleine nuit, au moment où les crocodiles sont les plus actifs et les plus prompts à défendre leur territoire. Selon les médias locaux il s'agissait de la première attaque d'un crocodile contre des humains en Floride.

Musique très fort

Les défenseurs des animaux et de nombreux habitants des environs n'étaient pas d'accord avec cette chasse. Les riverains ont développé une certaine affection pour «leurs» crocodiles, beaucoup moins agressifs que les alligators, et à qui ils allaient même jusqu'à donner des surnoms.

Ces derniers jours, quand ils voyaient des chasseurs arriver, les habitants du voisinage essayaient d'effrayer les crocodiles et de les éloigner en mettant la musique très fort et en faisant du bruit.

«Assez intimidant»

«Pancho», de par sa taille, restait malgré tout un animal assez intimidant pour certains. Il était sans doute à l'origine de la disparition de plusieurs chiens du voisinage.

«C'était son environnement avant d'être le nôtre. Il a le droit d'être là, il est protégé et des gens qui sautent dans un canal à deux heures du matin risquent non seulement d'être attaqués par des crocodiles, mais aussi par un barracuda ou un requin-taureau», a expliqué un habitant, Jan Falk, au journal «Miami Herald». (ats)

Ton opinion