Tibet: Le dalaï lama dénonce la répression brutale
Actualisé

TibetLe dalaï lama dénonce la répression brutale

Le dalaï lama a dénoncé mardi «la brutale répression» chinoise au Tibet depuis les manifestations de l'an dernier dans la région himalayenne.

La culture et l'identité tibétaines sont «au bord de l'extinction», déclare le dirigeant bouddhiste en exil dans un discours, diffusé à l'avance par ses aides. «Les Tibétains sont traités comme des criminels, qui mériteraient d'être mis à mort» a déploré le dalaï lama. «Même aujourd'hui, les Tibétains au Tibet vivent constamment dans la peur et les autorités chinoises les soupçonnent toujours», a-t-il poursuivi.

Ce discours du dalaï lama a été prononcé depuis Dharamsala, en Inde, à l'occasion du 50e anniversaire du soulèvement manqué de mars 1959 contre l'occupation chinoise, qui l'avait obligé à prendre le chemin de l'exil.

Ces mots sont plus forts que ce qu'exprime en général le militant de la cause tibétaine, connu pour ses profonds sentiments pacifistes, qui a rappelé qu'aucun changement ne pourra être obtenu autrement que par des moyens pacifiques. «Je ne doute pas que la justesse de la cause tibétaine prévaudra, si nous continuons à suivre la voie de la vérité et de la non-violence» a réaffirmé le prix Nobel de la Paix;

L'an dernier, une manifestation paisible commémorant le soulèvement de 1959 des moines à Lhassa, dans la capitale régionale du Tibet, avait dégénéré en émeute anti-chinoise quatre jours plus tard, en se diffusant aux provinces voisines, également peuplées de tibétains. Ces manifestations ont été les plus durables et les plus violentes au Tibet depuis des dizaines d'années.

Cette année, le Tibet a été isolé du monde extérieur. Des visiteurs récents ont décrit la police armé postée sur les toits. Les touristes étrangers se sont vu interdire l'accès, tandis que les journalistes étaient arrêtés puis expulsés. Les connections Internet et les services de messageries qui avaient permis de faire passer le mot déclenchant les manifestations de l'an dernier ont été coupés dans une bonne partie de la région.

Après les manifestations de l'an passé au Tibet, la Chine a renforcé sa campagne de dénigrement contre le dalaï lama, en l'accusant de mener une campagne séparatiste pour couper le Tibet du reste du pays. Le dalaï lama a démenti ces allégations, réaffirmant qu'il recherche seulement un plus grande autonomie de la région pour protéger sa culture bouddhiste spécifique. (ap)

Ton opinion