Mondiaux de Hokey: Le Danemark en entrée, la Norvège au dessert
Actualisé

Mondiaux de HokeyLe Danemark en entrée, la Norvège au dessert

L'équipe de Suisse vivra un week-end à l'heure nordique avec un match contre le Danemark samedi (12h15) et face à la Norvège dimanche (20h15).

La donne est simple pour l'équipe de Suisse. Pour éviter le Canada ou la Suède en quart de finale - même si la qualification n'est pas encore officiellement acquise - la sélection helvétique devra terminer première de son groupe. La menace canadienne étant réelle, il ne faudra pas égarer plus qu'un point au cours des trois derniers matches.

Premier de cordée, le Danemark n'a jamais pris de points à la Suisse dans le groupe A. La dernière confrontation officielle avait même tourné à la déroute pour les Scandinaves, écrasés 7-2 par les joueurs helvétiques à Québec. Le début du Championnat du monde des Danois n'est pas tonitruant. Ils n'ont battu qu'après prolongation la Slovénie et ont pris un point aux tirs au but contre des Tchèques méconnaissables.

Comme la Suisse, le Danemark, dirigé par l'ancien entraîneur suédois de Zoug, Per Bäckman, n'a pas joué vendredi. Donc aucune équipe ne sera avantagée sur le plan du rythme. «Leur système de jeu est assez semblable à celui des Slovènes», convient Julien Vauclair. «Sans doute joueront-ils plus physique.» Le Jurassien redoute plutôt l'heure inhabituelle du match dont le coup d'envoi est fixé à 12h15. Les joueurs devront se faire violence pour se lever dès 7h00...

Eliminé avec Montréal, Rafael Diaz rejoindra-t-il la sélection helvétique ce week-end ? La réponse du coach national, Sean Simpson avait le mérite de la concision: «No comment!». En revanche, le technicien canadien a concédé qu'il allait titulariser Reto Berra dans les buts.

Mauvaises expériences

La Norvège s'annonce autrement plus coriace dimanche. La Suisse reste sur deux mauvaises expériences contre les Nordiques. En 2011 à Kosice, la sélection dirigée par Simpson s'était inclinée 2-3 et avait vu s'envoler sa qualification pour les quarts de finale. En 2010 à Mannheim, les Norvégiens avaient infligé leur première défaite aux Suisses, qui restaient sur une série de quatre victoires. Ils perdaient ensuite les trois matches suivants.

Equipe très équilibrée, la Norvège ne compte aucun joueur évoluant en NHL dans leur sélection. Ils appliquent un jeu très physique, qui parfois dépasse les limites autorisées. Leur fer de lance est l'ancien attaquant luganais Patrick Thoresen, qui évolue aujourd'hui à St-Pétersbourg. (ats)

Ton opinion