15.02.2019 à 01:21

FranceLe débat sur les LBD au Parlement européen

En pleine crise des Gilets jaunes, les élus européens ont voté une résolution jeudi contre l'usage «disproportionné» de la force contre les manifestants.

1 / 150
Le premier anniversaire des «gilets jaunes» était marqué samedi par le retour du chaos dans certains quartiers de Paris. Un manifestant touché par un projectile a perdu l'usage d'un oeil. (Samedi 16 novembre 2019)

Le premier anniversaire des «gilets jaunes» était marqué samedi par le retour du chaos dans certains quartiers de Paris. Un manifestant touché par un projectile a perdu l'usage d'un oeil. (Samedi 16 novembre 2019)

AFP
Les «gilets jaunes» poursuivaient leur mouvement pour leur premier anniversaire d'existence. (Samedi 16 novembre 2019)

Les «gilets jaunes» poursuivaient leur mouvement pour leur premier anniversaire d'existence. (Samedi 16 novembre 2019)

Keystone
Des grenades ont été lancées dans le cortège de la Marche pour le climat à Paris. (21 septembre 2019)

Des grenades ont été lancées dans le cortège de la Marche pour le climat à Paris. (21 septembre 2019)

AFP

Les députés européens ont condamné jeudi l'usage «disproportionné» de la force par la police lors des manifestations pacifiques. Cette résolution, votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, a pour contexte le débat français sur le recours aux lanceurs de balles de défense (LBD) au cours des mobilisations des «gilets jaunes».

Le texte ne cible pas un Etat membre en particulier mais a donné lieu en préambule dans l'hémicycle strasbourgeois à un débat animé. La discussion a été demandée par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), les Verts et la GUE (Gauche unitaire européenne).

Le débat a été dominé en partie par la situation en France avec les manifestations des «gilets jaunes», même si d'autres pays, comme la Roumanie, l'Espagne, la Hongrie et la Grèce sont également visés.

L'eurodéputé écologiste français Yannick Jadot a dénoncé l'usage des LBD, armes fabriquées en Suisse, dans le mouvement des «gilets jaunes». «Il n'y a qu'en France, en Pologne et en Grèce qu'il y a un usage sans limite de ces instruments qui (...), selon les équipes médicales, causent des blessures de guerre», a-t-il déclaré.

Eurodéputés «déconnectés»

A l'issue du vote, plusieurs députés ont regretté que les eurodéputés n'aient pas appelé à l'interdiction des LBD. La socialiste française Sylvie Guillaume a aussi jugé «inacceptable» que cette interdiction «ne figure pas dans la »résolution du Parlement car la droite européenne s'y est opposée !«.

L'usage des LBD a été validé par le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction française au début du mois de février. »Dans un contexte d'émeutes urbaines, les policiers et gendarmes ont le droit de se protéger. (...) C'est quand il y a confrontation qu'ils utilisent ces armes, qui sont des armes de défense«, a insisté le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner.

Le syndicat Unité SGP Police-FO a, lui, dénoncé dans un communiqué des eurodéputés »complètement déconnectés des réalités et de ce que vivent les policiers au quotidien«. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!