La Réunion: Le débris appartient bien au vol MH370
Actualisé

La RéunionLe débris appartient bien au vol MH370

Le morceau d'aile d'avion découvert sur une plage de l'île de La Réunion appartient bien à l'avion de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014.

1 / 151
23.03 Les deux débris découverts au Mozambique proviennent probablement du vol MH370 de Malaysia Airlines qui a disparu il y a plus de deux ans.

23.03 Les deux débris découverts au Mozambique proviennent probablement du vol MH370 de Malaysia Airlines qui a disparu il y a plus de deux ans.

AFP/Adrien Barbier
Ils correspondent aux panneaux que l'on peut trouver à bord d'un Boeing 777 de la compagnie malaisienne, a indiqué jeudi le gouvernement australien. «L'analyse a conclu que ce débris est presque certainement issu du MH370», a expliqué le ministère australien des transports, après avoir fait analyser les pièces.

Ils correspondent aux panneaux que l'on peut trouver à bord d'un Boeing 777 de la compagnie malaisienne, a indiqué jeudi le gouvernement australien. «L'analyse a conclu que ce débris est presque certainement issu du MH370», a expliqué le ministère australien des transports, après avoir fait analyser les pièces.

AFP/Adrien Barbier
16.03 Un nouveau débris découvert le 3 mars 2016 à La Réunion n'appartient vraisemblablement pas au MH370 disparu depuis deux ans.

16.03 Un nouveau débris découvert le 3 mars 2016 à La Réunion n'appartient vraisemblablement pas au MH370 disparu depuis deux ans.

Handout

Le fragment d'aile d'avion, trouvé sur l'île française de La Réunion cet été, provient «avec certitude» du Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014 avec 239 personnes à bord entre Kuala Lumpur et Pékin, a annoncé jeudi la justice française. Les expertises permettent «d'affirmer avec certitude que le flaperon découvert à La Réunion le 29 juillet 2015 correspond à celui du vol MH370», selon un communiqué du parquet de Paris.

Les autorités malaisiennes avaient déjà assuré début août que cette pièce provenait du vol MH370. Le parquet de Paris, qui avait immédiatement ouvert une enquête, car quatre victimes sont françaises, s'était montré plus prudent, évoquant de «très fortes présomptions».

Laboratoire militaire

Les expertises effectuées depuis, dans un laboratoire militaire, ont permis de relever «trois numéros à l'intérieur du flaperon» qui ont conduit à une société sous-traitante de Boeing, l'entreprise Airbus Defense and Space (ADS-SAU) à Séville (sud de l'Espagne), note le parquet. Le juge d'instruction et l'expert en aéronautique en charge du dossier se sont rendus jeudi au siège d'ADS-SAU.

Des données techniques et «l'audition d'un technicien de l'entreprise» permettent «d'associer formellement l'un des trois numéros relevés à l'intérieur du flaperon au numéro de série du flaperon du MH370», conclut le parquet. La disparition du Boeing 777 avait entraîné de colossales opérations de recherches et nourri toutes sortes d'hypothèses dans ce qui est l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion