Océan indien: Le débris retrouvé vient bien du vol MH370
Actualisé

Océan indienLe débris retrouvé vient bien du vol MH370

Le Premier ministre malaisien a annoncé mercredi que la pièce découverte sur une plage de La Réunion (F) provient bien de l'avion de Malaysia Airlines, disparu en mars 2014.

1 / 151
23.03 Les deux débris découverts au Mozambique proviennent probablement du vol MH370 de Malaysia Airlines qui a disparu il y a plus de deux ans.

23.03 Les deux débris découverts au Mozambique proviennent probablement du vol MH370 de Malaysia Airlines qui a disparu il y a plus de deux ans.

AFP/Adrien Barbier
Ils correspondent aux panneaux que l'on peut trouver à bord d'un Boeing 777 de la compagnie malaisienne, a indiqué jeudi le gouvernement australien. «L'analyse a conclu que ce débris est presque certainement issu du MH370», a expliqué le ministère australien des transports, après avoir fait analyser les pièces.

Ils correspondent aux panneaux que l'on peut trouver à bord d'un Boeing 777 de la compagnie malaisienne, a indiqué jeudi le gouvernement australien. «L'analyse a conclu que ce débris est presque certainement issu du MH370», a expliqué le ministère australien des transports, après avoir fait analyser les pièces.

AFP/Adrien Barbier
16.03 Un nouveau débris découvert le 3 mars 2016 à La Réunion n'appartient vraisemblablement pas au MH370 disparu depuis deux ans.

16.03 Un nouveau débris découvert le 3 mars 2016 à La Réunion n'appartient vraisemblablement pas au MH370 disparu depuis deux ans.

Handout

Le fragment d'aile d'avion découvert la semaine passée sur une plage de La Réunion appartient très probablement au Boeing 777 de la Malaysia Airlines disparu en mars 2014 avec 239 personnes à bord, a déclaré mercredi la justice française. Le Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré pour sa part que la provenance de la pièce ne faisait aucun doute.

Le procureur de la République adjoint de Paris, Serge Mackowiak, a indiqué que les premières analyses effectuées dans la journée avaient débouché sur de «très fortes présomptions» de l'appartenance du flaperon au vol MH370 Kuala Lumpur-Pékin, dont la disparition n'a pas été élucidée à ce jour. «Ces très fortes présomptions seront à confirmer par des analyses complémentaires qui débuteront dès demain (jeudi) matin», a ajouté le magistrat.

A Kuala Lumpur, le Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré pour sa part que la provenance de la pièce ne faisait aucun doute. «C'est avec un coeur très lourd que je dois vous dire qu'une équipe internationale d'experts a conclu que le débris trouvé sur l'île de la Réunion provient effectivement du vol MH370», a-t-il dit dans une allocution télévisée. «Nous avons maintenant des preuves physiques (...) que le vol MH370 a terminé son vol tragiquement dans le sud de l'océan Indien», a-t-il ajouté.

Il s'exprimait quelques minutes avant le procureur adjoint de Paris, qui a fait le bilan des premiers examens du débris d'aile effectués près de Toulouse par un expert judiciaire, des représentants de Boeing, de Malaysia Airlines mais aussi d'experts de Malaisie, Chine, Australie, Royaume-Uni et de Singapour.

Impératif de transparence

Il a précisé que les représentants de Boeing présents au laboratoire de la Délégation générale de l'armement Techniques aéronautiques (DGA TA) de Balma, près de Toulouse, avaient confirmé que la pièce en question était bien celle d'un Boeing 777.

Ceux de Malaysia Airlines ont communiqué pour leur part les documents techniques de l'appareil du vol MH370 et «sur cette base il a été permis d'effectuer un rapprochement», a indiqué le procureur. Il a encore déclaré que le morceau de valise retrouvé sur la même plage que le flaperon du Boeing et acheminé lui aussi de la Réunion avait été placé sous scellé pour être remis à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale à Pontoise (Val-d'Oise), qui l'examinera «dans les meilleurs délais».

Les juges d'instruction français ont rappelé lundi, après une rencontre à Paris notamment avec les experts malaisiens, le parquet et les enquêteurs français «l'impératif de transparence» dû aux familles des victimes. La justice française a engagé une enquête préliminaire après la disparition du vol, à bord duquel se trouvaient quatre ressortissants français, puis une information judiciaire du chef d'homicides involontaires.

Cette enquête a par la suite été élargie à la demande des parties civiles aux chefs de «détournement d'aéronef aggravé par la mort d'une ou plusieurs personnes et détournement d'aéronef ayant entraîné la mort d'une ou plusieurs personnes en relation avec une entreprise terroriste». Dans un communiqué, la Malaysia Airlines a salué «une avancée majeure vers la résolution de la disparition du MH370». «Nous espérons que d'autres objets pourront être récupérés pour permettre de résoudre ce mystère», a-t-elle ajouté. (ats/afp)

Les autorités australiennes «sûres» de chercher l'avion au bon endroit

Les autorités australiennes se sont dites «sûres» jeudi de chercher l'avion du vol MH370 au bon endroit et qu'on allait le retrouver après la confirmation apportée par le Premier ministre malaisien que le débris découvert appartenait bien au Boeing de Malaysia Airlines disparu en mars 2014.

La découverte du fragment d'aile sur l'île de la Réunion est «cohérente avec tout le travail que nous avons effectué et ainsi nous sommes sûrs que nous cherchons au bon endroit et que nous y trouverons l'appareil», a indiqué Martin Dolan, le commissaire en chef du Bureau australien de la sécurité des transports, interrogé par ABC NewsRadio. Il a cependant souligné qu'il était «trop tôt» pour dire ce qui était arrivé.

Ton opinion