Montée des marches: Le décolleté de Cheryl Cole enflamme Cannes
Actualisé

Montée des marchesLe décolleté de Cheryl Cole enflamme Cannes

La chanteuse britannique Cheryl Cole était au centre de toutes les attentions lors de la montée des marches du Festival de Cannes, ce vendredi 13 mai.

La chanteuse britannique était venue assister à la présentation de «Habemus papam» de Nanni Moretti.

Palme d'or en 2001 avec «La chambre du fils», l'Italien Nanni Moretti a présenté sur la Croisette «Habemus papam», dans lequel l'acteur français Michel Piccoli incarne un cardinal qui vient d'être élu pape, mais qui craint de ne pas être à la hauteur de la tâche. Un «psy», joué par Nanni Moretti, va alors intervenir...

«Il n'y a eu aucun obstacle, ni du soutien» de la part du Vatican, a affirmé le réalisateur italien lors d'une conférence de presse, en précisant qu'il avait choisi «de faire un Vatican un peu plus sobre que celui qu'on voit d'habitude».

Michel Piccoli a expliqué de son côté qu'il n'avait «pas eu besoin de réfléchir» pour accepter d'incarner ce souverain pontife, et qu'il avait «dit 'oui' tout de suite» après avoir passé un essai avec Nanni Moretti. Quant au tournage, il a précisé que cela avait été «très facile» pour lui.

Le premier des quatre films français en compétition a également été présenté vendredi. «Polisse», de la comédienne et réalisatrice française Maïwenn, raconte le quotidien de policiers de la brigade de protection des mineurs. Maïwenn a eu l'idée d'en faire un film après avoir vu un documentaire sur le sujet.

«Ce qui m'a séduite, c'est de voir la passion des policiers pour leur métier», a expliqué lors d'une conférence de presse la réalisatrice de «Pardonnez-moi» (2006) et de «Le bal des actrices» (2009). «Ce qui m'a transcendé, c'est que ça tourne autour de l'enfance. C'est peut-être le point commun dans mes trois films, c'est la maternité, la paternité, je crois que c'est inconscient», a-t-elle ajouté.

Maïwenn, qui a écrit le scénario de son nouveau film avec Emmanuelle Bercot, dit avoir été «frappée» par les motivations des enfants qui jouent dans «Polisse». «Ce qui les motivait, c'est quand je leur disais que les histoires du film étaient des histoires vraies. Ils avaient comme une conscience pour défendre la cause des enfants, une solidarité enfantine», a-t-elle observé.

C'est la première sélection à Cannes pour la jeune cinéaste qui a constitué un joli casting pour son nouveau film, avec Karin Viard, Marina Foïs, Joey Starr, Nicolas Duvauchelle, Karole Rocher, Frédéric Pierrot, ou encore Lou Doillon. Maïwenn tient elle-même un rôle dans son film, celui d'une photographe.

Le rappeur Joey Starr, qui incarne un flic, n'a pas dit si son regard sur la police avait changé. «A partir du moment où on me propose une belle histoire, je me mets au service de l'histoire», a-t-il simplement noté, en ajoutant que son rôle était «assez intense».

«Ce que je connaissais de la police ne me plaisait pas tellement», a souligné pour sa part Karin Viard. Remarquant qu'elle avait rencontré des policiers «très dévoués», elle a reconnu que ce tournage avait «changé quelque chose» par rapport à la perception qu'elle avait d'eux.

La compétition se poursuivra samedi avec la projection en compétition de «Hearat Shulayim» («Footnote»), de l'Israélien Joseph Cedar, et de «Michael», de l'Autrichien Markus Schleinzer. Le très attendu «Pirates of the Caribbean: on Stranger Tides» («Pirates des Caraïbes: la fontaine de jouvence»), de Rob Marshall, quatrième épisode de la saga (le premier tourné en 3D) dans laquelle Johnny Depp incarne le capitaine Jack Sparrow, sera présenté hors compétition.

Ton opinion