Actualisé 13.12.2019 à 18:39

Genève

Le député PLR Simon Brandt a été arrêté

L'élu a été interpellé dans le cadre d'une enquête du Ministère public portant sur des violations du secret de fonction.

de
Jérôme Faas
Simon Brandt, député et conseiller municipal PLR.

Simon Brandt, député et conseiller municipal PLR.

Keystone/Jean-christophe Bott

Le député PLR Simon Brandt, candidat au Conseil administratif de la Ville de Genève, a été interpellé ce vendredi matin par la police. Il se trouve en état d'arrestation dans le cadre d'une enquête diligentée par le Ministère public pour des faits de violation du secret de fonction, ainsi que l'a annoncé le site tdg.ch.

«La procédure concerne de potentielles violations de ses secrets de fonction, tant en sa qualité de conseiller municipal de la Ville de Genève qu'en sa qualité de collaborateur du service d'analyse stratégique de la police» a confirmé le Ministère public à «20 Minutes». Son audition par le procureur général Olivier Jornot est imminente.

Autrement dit, deux complexes de faits sont reprochés à Simon Brandt. D'une part, il est poursuivi en lien avec ses activités professionnelles à la Direction stratégique de la police. Il y avait été transféré le 15 mai 2018, après avoir été proposé à la commandante de la police par le conseiller d'Etat Pierre Maudet, ainsi que l'avait alors expliqué le service de presse des forces de l'ordre. Selon nos informations, il serait suspecté d'avoir «tapé» dans les bases de données de la police, et ce sans en avoir les autorisations nécessaires. L'une des questions que devra résoudre le Ministère public, qui a accès aux données de téléphonie de l'élu, sera de savoir s'il a agi de son propre chef et pourquoi, pour autant que ces faits soient avérés.

D'autre part, il serait soupçonné d'être l'auteur des fuites par le biais desquelles un rapport confidentiel du contrôle financier interne portant sur les frais des fonctionnaires de l'administration municipale s'était retrouvé dans la presse. Le Conseil administratif avait alors déposé une plainte pénale. Trois conseillers municipaux, dont Simon Brandt, avait été entendus par la police au mois de juin dans ce cadre.

Pour le président du PLR, le rapport litigieux est public

Président du PLR, Bertrand Reich reste sur le terrain politique. «Ma première observation, c'est que si Simon Brandt, ou n'importe quel élu d'ailleurs, est poursuivi pour avoir transmis le rapport sur les frais des fonctionnaires de la Ville, c'est incompréhensible. Le préposé cantonal à la protection des données et à la transparence a estimé qu'il devait être public (ndlr: le 11 novembre, il avait préconisé sa transmission jugeant que «ces informations pourraient sans nul doute favoriser la libre formation de l'opinion publique des citoyens et leur participation à la vie publique»). Comment peut-on poursuivre quelqu'un pour violation du secret de fonction pour avoir transmis un document qui n'est pas secret?! Si la loi dit qu'il est public, il est public.»

En revanche, Bertrand Reich, désireux de s'en tenir au plan politique, ne commente pas le volet professionnel de l'affaire, soit la potentielle violation du secret de fonction de Simon Brandt en lien avec son emploi à la police. «Je ne dispose d'aucune information à ce sujet.»

Contacté, Me Marc Lironi, qui défend Simon Brandt, n'a pas répondu, ou pas pu répondre. Sollicité par mail pour savoir si Simon Brandt avait agi à son instigation, le conseiller d'Etat Pierre Maudet n'a pas répondu. Son avocat, Me Grégoire Mangeat, déclare n'avoir «aucun commentaire» à faire «sur une affaire à propos de laquelle je ne sais rien».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!