Uruguay: Le dernier dictateur mis sous les verrous pour 25 ans

Actualisé

UruguayLe dernier dictateur mis sous les verrous pour 25 ans

Gregorio Alvarez a été condamné à 25 ans de prison jeudi pour 37 homicides commis pendant le régime militaire de 1973 à 1985, dans le cadre d'opération menée sur tout le continent sud-américain baptisée «Opération Condor».

Considéré comme le dernier dictateur uruguayen, Alvarez, 83 ans, était le commandant-en-chef de l'armée entre 1978 et 1979 et président de facto à la fin des années 1980, avant le retour de la démocratie. Il était accusé de la disparition des dizaines de prisonniers politiques arrêtés en Argentine, pays voisin, et rapatriés dans le cadre de la coopération entre les régimes militaires sud-américains afin d'écraser toute opposition.

L'avocat des plaignants Oscar Lopez Goldaracena a qualifié cette décision de «pas très important pour clarifier» le passé du pays, et a précisé que la défense pouvait faire appel.

Alvarez, qui a toujours affirmé ne rien savoir sur les enlèvements illégaux et les disparitions forcées, est en détention depuis 2007. Le procureur a estimé qu'Alvarez était en position de savoir ce qu'il advenait des prisonniers politiques.

Absent du tribunal pour raison de santé, Alvarez avait brandi ses mains menottées lors de sa dernière apparition et avait lancé: «je vais mourir en prison».

Son épouse Rosario Flores a contesté la décision, affirmant qu'elle servait à des fins politiques en vue de l'élection présidentielle de dimanche. «Je veux connaître les preuves qu'ils ont et où sont les corps», a-t-elle déclaré à l'Associated Press.

Environ 150 Uruguayens ont disparu lors de vols secrets depuis l'Argentine à la fin des années 70 et 29 autres sont portées disparues en Uruguay. (ap)

Ton opinion