Actualisé 24.03.2016 à 14:56

Attentats de BruxellesLe deuxième suspect n'a pas pris le même métro

La Belgique se recueillait mercredi après le choc lié aux attaques de mardi. Un second complice des kamikazes est recherché.

1 / 76
27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

27.06 Selon le «Sunday Times», Mohamed Abrini est devenu l'informateur de la police britannique.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

18.05 Mohamed Abrini, alias «l'homme au chapeau», avait laissé un testament dans lequel il expliquait vouloir mourir en martyr.

AFP
08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

08.05 Le monde entier a vu le visage de Nidhi Chaphekar, hôtesse de l'air indienne, victime des explosions à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars dernier. Enfin guérie, elle se confie.

AFP

Trois kamikazes des attentats de Bruxelles, tous liés aux attentats de Paris, ont été identifiés mercredi alors que les Belges rendaient un émouvant hommage aux victimes des attaques les plus sanglantes que leur pays ait jamais connues.

Symbole de l'émotion suscitée par ces attaques revendiqués par l'Etat islamique, qui ont frappé mardi matin l'aéroport international puis une station de métro du quartier européen, la place de la Bourse, dans le centre, transformée en mémorial aux victimes, était envahie de messages à la craie, de drapeaux, de bougies et de fleurs.

Jeudi, l'enquête se poursuit. Un homme est toujours recherché activement: il accompagnait les deux kamikazes de l'aéroport. Une photo publiée par la police belge montre un homme portant un chapeau et des lunettes noires qui pousse un chariot à bagage, accompagnant Ibrahim Bakraoui et Najim Laarchaoui, identifiés comme les kamikazes de láéroport. Par ailleurs, selon une information du journal Le Monde, «un second complice est lui aussi recherché. Il a été filmé, portant lui aussi un gros sac, par les caméras de vidéosurveillance du métro bruxellois en compagnie de Khalid El Bakraoui, peu avant que ce dernier ne se pulvérise dans la station de Maelbeek». La police belge confirme cette information jeudi matin.

Sur les images de vidéosurveillance de la station de Maelbeek, dans le quartier européen, on peut voir Khalid El Bakraoui parler avec le suspect, qui n'est pas rentré avec lui dans la rame, a précisé une source proche du dossier.

Minute de silence

Des milliers de Bruxellois ont observé une minute de silence à la mi-journée en hommage aux 31 morts et 300 blessés, dont 61 en soins intensifs, selon un nouveau bilan toujours provisoire. «Nous sommes plus forts que les terroristes. Nous voulons montrer à tout le monde qu'il y a de l'espoir», a témoigné Mila Letombe, lycéenne de 15 ans.

Et à la nuit tombée, des centaines de personnes ont participé, une bougie à la main, à une marche devant l'aéroport. «On n'a pas de nouvelles de certains, d'autres ont eu une jambe, un doigt amputé, des morceaux de béton dans le cerveau», confiait Grégory Lupant, un agent de sécurité, un bouquet de fleurs dans les bras. «Ca aurait très bien pu m'arriver», glisse-t-il, visiblement ému.

A la mi-journée, le procureur fédéral belge avait identifié les deux premiers kamikazes comme étant les frères Ibrahim et Khalid Bakraoui. Ils se sont fait exploser mardi à une heure d'intervalle: le premier à l'aéroport juste avant 08H00 (07H00 GMT), le second à la station de métro de Maelbeek, selon le procureur Frédéric Van Leeuw.

Le troisième kamikaze, soit le 2e de l'aéroport, a été identifié comme étant Najim Laarchaoui, ont indiqué des sources policières. Il s'est également fait exploser. Laarchaoui était recherché depuis que son ADN avait été retrouvé dans plusieurs habitations louées par les commandos des attentats de Paris (130 morts). Ainsi que sur du matériel explosif utilisé lors de ces attaques le 13 novembre.

Un 4e homme en fuite

Un quatrième homme - qui figurait avec Ibrahim El Bakraoui et Laarchaoui sur une photo de vidéo-surveillance en train de pousser des bagages à l'aéroport - était en fuite et activement recherché. Il n'a pas été identifié par les enquêteurs.

«Son sac contenait la charge la plus importante». Elle a explosé plus tard que prévu «après l'arrivée du service de déminage», permettant probablement d'éviter un bilan plus lourd.

Un kamikaze arrêté en Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que l'un des kamikazes avait été arrêté en juin près de la frontière syrienne avant d'être expulsé vers la Belgique, prévenue du risque terroriste qu'il représentait. Un haut responsable turc a précisé qu«il s'agissait d'Ibrahim El Bakraoui.

Ces déclarations risquent d'alimenter la polémique sur la responsabilité des services de sécurité dans ces nouveaux attentats, survenus malgré une pression policière très forte sur les réseaux djihadistes depuis les attentats de Paris.

Elles devraient aussi nourrir le débat des ministres européens de l'Intérieur et de la Justice, convoqués à une réunion extraordinaire jeudi à Bruxelles. Elles pourraient aussi être difficiles à entendre pour les familles des victimes, déjà soumis à une longue attente en raison de la difficulté à identifier des corps parfois déchiquetés par les explosions.

Criminels endurcis

Liés aux commandos de Paris, les frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui, respectivement 29 et 27 ans, ont un passé de criminels endurcis. Mais, selon le procureur, l'aîné a laissé un »testament« qui donne l'impression d'un fugitif aux abois juste avant de passer à l'acte.

Khalid aurait loué sous un faux nom une planque à Charleroi d'où sont partis une partie des commandos du 13 novembre, et un appartement de la commune bruxelloise de Forest, où une perquisition le 15 mars avait permis de retrouver la trace de Salah Abdeslam. Ce dernier, suspect-clé des attentats de Paris, a été capturé vendredi dans sa commune bruxelloise de Molenbeek après quatre mois de cavale.

Selon les informations données par le procureur, Ibrahim et les deux autres assaillants de l'aéroport ont préparé leur attentat depuis un appartement de Schaerbeek, une autre commune de Bruxelles.

Atelier de fabrication de bombes

Outre un drapeau de l'EI, la fouille de cet appartement - dont l'adresse avait été communiquée à la police par le chauffeur de taxi qui a emmené les trois hommes à l'aéroport - a permis de retrouver un véritable atelier de fabrication de bombes: »15 kilos d'explosifs de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs et une valise remplie de clous et de vis«, selon le procureur.

Dans une poubelle de la rue où se trouvait cette planque, les enquêteurs ont retrouvé un ordinateur contenant un message »testament« d'Ibrahim El Bakraoui.

40 nationalités

En attendant un bilan définitif, le gouvernement belge a indiqué que »probablement plus de 40 nationalités« figuraient parmi les victimes. Une Péruvienne, une Marocaine et un étudiant belge sont décédés, tandis que 10 Français, deux Britanniques et trois Américains ont été blessés.

Tandis que mercredi marquait le deuxième de trois jours de deuil national, le couple royal, Philippe et Mathilde, a participé à la minute de silence aux côtés du Premier ministre Charles Michel au coeur du quartier européen, sous les applaudissements.

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a déposé une gerbe à la station de Maelbeek. Il s'est efforcé d'apaiser la polémique sur l'efficacité des enquêteurs belges, assurant »n'avoir jamais ressenti la moindre naïveté et le moindre angélisme de nos amis belges«.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry était attendu vendredi dans la capitale belge pour »exprimer formellement les condoléances« de son pays.

La Pologne ne veut plus de migrants

La Pologne en revanche a invoqué ces attentats pour annoncer son refus d'accueillir le moindre migrant.

Onze stations du métro bruxellois - sur une soixantaine - ont rouvert mercredi sous surveillance militaire, avec des fouilles systématiques, mais étaient beaucoup moins fréquentées que d'habitude.

»Je prends le métro (...) je ne vais pas abandonner mon mode de vie pour un connard qui se fait exploser«, déclarait un jeune employé prénommé Vasco. »Dans le train, il y avait des gens qui blaguaient sur ce qui s'est passé hier. C'est le surréalisme belge, ça ne mourra pas«, sourit-il.

L'aéroport de la capitale devait rester fermé encore au moins jusqu'à vendredi compris. (nxp/afp)

Arrêté et expulsé de Turquie

Un des trois kamikazes qui ont participé mardi à l'attentat meurtrier contre l'aéroport de Bruxelles avait été arrêté en juin 2015 dans le sud de la Turquie, expulsé vers la Belgique puis remis en liberté par les Belges, a affirmé mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan. «Un de ceux qui ont participé à l'attaque à Bruxelles a été arrêté en juin 2015 à Gaziantep. Il a été expulsé le 14 juillet 2015 après information de l'ambassade belge», a déclaré M. Erdogan devant la presse, ajoutant que les autorités belges n'avaient pas confirmé ses liens avec les jihadistes «malgré nos mises en garde».

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!