Terroriste en Suisse?: Le DFAE a étudié la possibilité d'accueillir Megrahi
Actualisé

Terroriste en Suisse?Le DFAE a étudié la possibilité d'accueillir Megrahi

Pour résoudre la crise entre la Suisse et la Libye, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a étudié la possibilité d'admettre à titre humanitaire en Suisse le Libyen Abdelbaset Ali al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie.

L'information, révélée par la Télévision alémanique, a été confirmée mercredi par le porte-parole du DFAE Georg Farago. L'idée émanait de l'entrepreneur zurichois Edwin Bollier.

Edwin Bollier a envoyé une lettre à la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et a ensuite été reçu par les experts chargés de résoudre la crise avec la Libye, a déclaré Georg Farago. Le DFAE a étudié les idées de l'entrepreneur. Il s'est relativement vite avéré que les conditions juridiques pour une admission humanitaire en Suisse n'étaient pas réunies.

Edwin Bollier n'est pas un inconnu. Une enquête préliminaire a été ouverte contre sa société, Mebo AG, soupçonnée d'avoir vendu au gouvernement libyen le retardateur qui aurait servi dans l'attentat de Lockerbie en 1988. Edwin Bollier doute depuis des années de la culpabilité de la Libye et dénonce un complot.

L'agent libyen Abdelbaset Ali al-Megrahi, seul condamné pour l'attentat de Lockerbie, a été libéré en août dernier par le ministre de la justice écossais Kenny MacAskill pour des raisons humanitaires. Il est atteint d'un cancer. Des voix se sont élevés en Grande-Bretagne pour dénoncer une libération motivée par les intérêts pétroliers. (ap)

Ton opinion