Nucléaire iranien: Le dialogue a repris entre Téhéran et les Occidentaux
Actualisé

Nucléaire iranienLe dialogue a repris entre Téhéran et les Occidentaux

Les entretiens de Genève sur le dossier nucléaire iranien ont permis jeudi à l'Iran et aux Occidentaux de renouer le dialogue.

«Ce n'est que le début d'un intense processus», a affirmé le Haut représentant de l'Union européenne (UE) Javier Solana, en rendant compte des entretiens au terme de sept heures de discussions entre l'Iran et les Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande- Breatagne et Allemagne) à Genthod, près de Genève. Une nouvelle rencontre entre les Six et l'Iran sera organisée avant la fin octobre.

Les Six et l'Iran ont convenu d'intensifier leur dialogue et Téhéran a promis de coopérer pleinement pour se mettre en accord avec les exigences de la communauté internationale, mais les Occidentaux attendent maintenant des mesures concrètes de l'Iran.

Visite du site de Qom

Les Iraniens ont promis qu'une visite du site d'enrichissement de l'uranium à Qom par les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) aura lieu «dans les prochaines semaines», a indiqué Javier Solana. Le délégué français au sein du groupe des Six Jacques Audibert a précisé que l'Iran s'est engagé à donner accès au site de Qom d'ici deux semaines.

Une partie de l'uranium iranien sera enrichi dans des pays tiers, ont convenu «en principe» les participants. Javier Solana a précisé que l'uranium pourrait être enrichi aux Etats-Unis, en Russie ou en France puis réexporté en Iran à des fins médicales.

Le négociateur iranien Saïd Jalili s'est de son côté félicité des «discussions élargies» qu'il a eues à Genève. «Ce fut une bonne occasion pour relancer la coopération afin de dissiper les inquiétudes», a-t-il déclaré à la presse.

«Aucun pays ne doit avoir d'armes nucléaires», a-t-il aussi dit. Il a réaffirmé que l'Iran n'abandonne pas ses droits à la technologie nucléaire, tout en respectant le traité de non- prolifération nucléaire (NPT).

Rencontre irano-américaine

Iraniens et Américains ont aussi repris contact à l'occasion de la rencontre de Genève. Le chef de la délégation iranienne Saïd Jalili et le secrétaire d'Etat américain adjoint William Burns ont eu un tête-à-tête sans précédent à ce niveau, alors que les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques depuis 30 ans.

Le porte-parole du Département d'Etat américain Robert Wood a précisé dans une déclaration transmise à la presse que M. Burns a utilisé cette rencontre pour réitérer à son interlocuteur les préoccupations de Washington sur le programme nucléaire iranien.

«Il a abordé la nécessité pour l'Iran de prendre des actions concrètes et pratiques en conformité avec ses obligations internationales afin de renforcer la confiance dans la nature pacifique de son programme», a-t-il indiqué.

Les Etats-Unis ont clairement dit que Téhéran a des droits, mais que ces droits ne vont pas sans responsabilités, comme pour n'importe quel autre pays, selon le porte-parole américain. Les deux responsables ont également eu un échange de vues sur les droits de l'homme, a-t-il indiqué.

A Washington, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a qualifié la journée de «productive», tout en ajoutant qu'elle attend des actions concrètes.

(ats)

Ton opinion