Actualisé 21.05.2012 à 16:15

Merck SeronoLe dialogue l'emporte provisoirement

Le dialogue prend provisoirement le pas sur la confrontation à Merck Serono. La direction a accepté les conditions posées par le personnel pour la période de consultation. Le préavis de grève a été abandonné.

Le personnel de Merck Serono manifestait jeudi devant l'Hôtel de ville de Genève.

Le personnel de Merck Serono manifestait jeudi devant l'Hôtel de ville de Genève.

Lors d'une cinquième assemblée générale depuis l'annonce de la suppression de 1250 postes à Genève le 24 avril, plus de 600 employés du groupe allemand ont accepté les résultats des contacts pris ces derniers jours entre la direction et les représentants du personnel.

«Nous voulons donner une chance à la consultation, tester le sérieux de la direction et nous ferons le bilan à la fin», a déclaré le secrétaire régional d'Unia Alessandro Pelizzari. La direction a accepté les conditions posées par le personnel, a-t-il précisé, notamment la mise à disposition des informations nécessaires et d'experts internes dans le cadre de leur temps de travail.

La semaine dernière, le personnel avait obtenu la prolongation jusqu'au 4 juin du délai de consultation, après avoir brandi la menace de la grève. Une nouvelle prolongation au-delà de cette date est jugée nécessaire par le syndicat, hypothèse pour l'heure exclue par la direction.

Menace abandonnée

«Dans la mesure où la direction a accepté de discuter de la sauvegarde des emplois, la menace de la grève est provisoirement abandonnée», a précisé le secrétaire syndical d'Unia Genève Fabrice Chaperon.

«Nous conservons cette possibilité dans le cas où les rapports se détérioraient et où aucune collaboration n'était possible. Mais tant que les rapports sont loyaux et corrects, le préavis de grève est abandonné», a-t-il expliqué.

Une action de protestation est planifiée la semaine prochaine, en principe le 30 mai, journée mondiale de la sclérose en plaques, au siège du groupe à Darmstadt (Allemagne). La population genevoise est conviée par ailleurs à manifester sa solidarité jeudi devant le siège de Merck Serono en partageant une grillade avec le personnel.

La pétition lancée par Unia il y a deux semaines pour le maintien des emplois a recueilli jusqu'ici plus de 5000 signatures. Trois groupes de travail formés par le personnel planchent sur des propositions alternatives à la suppression de tous les emplois et sur une amélioration du plan social. La prochaine assemblée générale du personnel est prévue le 31 mai.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!