Procès Cahuzac: Le «dilemme du banquier suisse» évoqué à Paris
Actualisé

Procès CahuzacLe «dilemme du banquier suisse» évoqué à Paris

François Reyl, le patron de la banque genevoise du même nom, comparaît aux côté de Jérôme Cahuzac. Il est entendu ce jeudi.

1 / 60
L'ancien ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné mardi en appel à quatre ans de prison, dont deux avec sursis pour avoir dissimulé un compte bancaire à l'étranger. (15 mai 2018)

L'ancien ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac a été condamné mardi en appel à quatre ans de prison, dont deux avec sursis pour avoir dissimulé un compte bancaire à l'étranger. (15 mai 2018)

AFP
L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac, condamné en 2016 à trois ans de prison pour fraude fiscale et rejugé en février à Paris, saura mardi s'il va en détention. (Dimanche 13 mai 2018)

L'ancien ministre français du Budget Jérôme Cahuzac, condamné en 2016 à trois ans de prison pour fraude fiscale et rejugé en février à Paris, saura mardi s'il va en détention. (Dimanche 13 mai 2018)

AFP
L'ancien ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, sera fixé sur son sort le 15 mai. (Mercredi 21 février 2018)

L'ancien ministre français du Budget, Jérôme Cahuzac, sera fixé sur son sort le 15 mai. (Mercredi 21 février 2018)

AFP

Le banquier François Reyl, jugé pour le blanchiment des avoirs de Jérôme Cahuzac, a affirmé jeudi ne s'être jamais occupé des comptes de l'ex-ministre du Budget et a évoqué «le dilemme du banquier suisse», entre morale et légalité.

L'ancien champion du redressement fiscal en France est jugé depuis lundi pour fraude et blanchiment, au côté de son ex-épouse, pour son compte caché à l'étranger. Le tribunal suspecte la banque genevoise Reyl et son patron d'avoir participé au blanchiment, en renforçant l'opacité des avoirs, transférés à Singapour.

Pour l'élégant banquier, bronzé et souriant, toute cette affaire repose sur «l'insupportable dilemme du banquier suisse», tiraillé «entre la législation suisse» qui ne punit pas la fraude fiscale et «l'exigence morale» de transparence.

«Le 1er janvier 2017, la Suisse aura accepté l'échange d'informations automatique. Ce dilemme du banquier suisse aura pris fin. Je suis heureux que nous basculions dans un nouveau monde», a-t-il déclaré.

Compte suivi par Dominique Reyl

A la barre, il explique avec pédagogie comment fonctionne un établissement de gestion de fortune, comment il a rejoint en 2002 la société de son père pour la développer, avant d'en prendre la direction en février 2009.

«De 2002 à 2009, je ne m'occupe pas du tout de la gestion des clients. M. Cahuzac a été suivi, durant toute sa présence chez Reyl, par mon père (Dominique Reyl, qui n'est pas poursuivi, ndlr) et Eldin Reyl, son assistante et épouse», affirme-t-il.

Le président de la 32e chambre correctionnelle, Peimane Ghaleh-Marzban, s'étonne, rappelant une conversation téléphonique avec Jérôme Cahuzac, nom de code «Birdie», en 2003.

«Un hasard», pour le banquier: «je me retrouve avec quelqu'un qui me demande un transfert de 106'000 euros pour un achat de tableau. Je passe la commission au groupe de gestion de comptes. Cela a dû durer dix secondes». Sociétés-écran

Entamé mercredi, l'examen minutieux des comptes de l'ancien ministre et le rôle de sa banque vont se poursuivre toute la journée jeudi. L'ensemble des avoirs de Cahuzac, regroupés en 1998 chez Reyl, seront transférés en 2009 à Singapour via plusieurs sociétés-écran.

L'ancien ministre a été contraint à la démission en mars 2013, après avoir nié pendant des mois avoir eu un compte caché à l'étranger. Le scandale avait fait tanguer le gouvernement et écorné la «République exemplaire» promise par François Hollande. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion