Mobbing à Roggwil (BE): Le directeur de l'école a été licencié
Actualisé

Mobbing à Roggwil (BE)Le directeur de l'école a été licencié

Plusieurs élèves d'une école primaire et secondaire de Roggwil seraient victimes de mobbing de la part de camarades d'école. La commune vient de virer le directeur de l'établissement.

par
S. Mühlemann/N. Ellis/ofu
Les faits se sont déroulés dans cette école bernoise.

Les faits se sont déroulés dans cette école bernoise.

«Mon fils s'est fait frapper et uriner dessus. Ensuite, ils l'ont fait chanter», s'était indignée mercredi passé Gabriella Schlegel, une mère d'un enfant scolarisé à Roggwil (BE). Comme son fils, plusieurs autres écoliers de l'établissement scolaire primaire et secondaire affirment être victimes de mobbing de la part de camarades, rapportait ainsi Telebärn. Un petit va tellement mal qu'il a dû être interné dans un hôpital psychiatrique.

La commune bernoise, qui s'est engagée à gérer la communication de crise, annonce ce lundi que le directeur de l'établissement scolaire a été licencié. La commission scolaire a confirmé cette information à nos collègues de «20 Minuten».

«Le directeur ne reprendra pas ses fonctions»

«La situation a malheureusement pris une telle ampleur qu'il n'était plus possible pour le directeur de continuer son travail au sein de l'établissement», précise la commune. «Il s'est retrouvé confronté à des reproches venant de l'interne et de l'externe», explique Adrian Glur, membre du conseil communal et président de la commission scolaire. Et d'ajouter: «le directeur ne reprendra pas ses fonctions.»

«La commission scolaire tente désormais de trouver un remplaçant. Nous pensons trouver une solution d'ici la fin de la semaine», écrit la commune dans sa prise de position en précisant qu'un expert a été engagé pour soutenir la commune dans sa tâche.

La semaine dernière, Gabriella Schlegel avait porté plainte contre deux camarades d'école de son fils. Selon elle, le ministère public en charge de l'affaire lui a assuré qu'une enquête avait été ouverte pour contraintes, chantage et lésions corporelles. De son côté, la police cantonale bernoise avait confirmé à «20 Minuten» qu'une plainte avait bel et bien été déposée et qu'elle concernait une école de Roggwil.

Ton opinion